Le Bayern n'a pas eu besoin d'être bon

Le Bayern n'a pas eu besoin d'être bon

DirectLCI
LIGUE DES CHAMPIONS - Vainqueurs 2-0 à Londres lors du match aller, les Bavarois ont validé leur billet pour les quarts de finale sans forcer leur talent. Mardi soir, Munich a même concédé le nul 1-1 face à Arsenal.

Qui pouvait croire à l'exploit ? A part Arsène Wenger, qui avait affirmé en conférence de presse d'avant-match "on peut le faire", très peu d'observateurs croyaient à une qualification d'Arsenal face au Bayern Munich. Surtout après avoir perdu le match aller 2-0 à domicile . Et ils avaient raison, car même sans être flamboyants, les hommes de Pep Guardiola n'ont pas laissé entrevoir d'espoir à des Gunners volontaires, mais au jeu parfois limité.

Guardiola aurait préféré une victoire

En tout cas bien trop pour gêner les champions d'Europe en titre , qui n'ont pas eu à forcer leur talent pour s'imposer 1-1. Symbole de l'écart de niveau entre ces deux formations, l'ouverture du score de Bastian Schweinsteiger : après une jolie action collective entre Mario Götze et Frack Ribéry, le milieu de terrain allemand peut contrôler tranquillement dans la surface anglaise et ajuster Lukasz Fabianski (1-0, 54e).

Seule la réaction d'orgueil d'un homme, Lukas Podolski, est venue quelque peu enrailler la belle symphonie bavaroise. Car c'est lui, l'ancien munichois, qui a réduit le score après avoir commis une faute sur Philipp Lahm (1-1, 56e). Pas de quoi pour autant inverser le cours des choses, les Allemands s'offrant même le luxe de rater un penalty en fin de match (Thomas Müller, 90e + 2). Qu'importe, le Bayern file en quart de finale, même si Guardialo aurait sans doute préféré une victoire de ses joueurs.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter