Le Bayern n'a pas eu besoin d'être bon

Le Bayern n'a pas eu besoin d'être bon
Football

LIGUE DES CHAMPIONS - Vainqueurs 2-0 à Londres lors du match aller, les Bavarois ont validé leur billet pour les quarts de finale sans forcer leur talent. Mardi soir, Munich a même concédé le nul 1-1 face à Arsenal.

Qui pouvait croire à l'exploit ? A part Arsène Wenger, qui avait affirmé en conférence de presse d'avant-match "on peut le faire", très peu d'observateurs croyaient à une qualification d'Arsenal face au Bayern Munich. Surtout après avoir perdu le match aller 2-0 à domicile . Et ils avaient raison, car même sans être flamboyants, les hommes de Pep Guardiola n'ont pas laissé entrevoir d'espoir à des Gunners volontaires, mais au jeu parfois limité.

Guardiola aurait préféré une victoire

En tout cas bien trop pour gêner les champions d'Europe en titre , qui n'ont pas eu à forcer leur talent pour s'imposer 1-1. Symbole de l'écart de niveau entre ces deux formations, l'ouverture du score de Bastian Schweinsteiger : après une jolie action collective entre Mario Götze et Frack Ribéry, le milieu de terrain allemand peut contrôler tranquillement dans la surface anglaise et ajuster Lukasz Fabianski (1-0, 54e).

Seule la réaction d'orgueil d'un homme, Lukas Podolski, est venue quelque peu enrailler la belle symphonie bavaroise. Car c'est lui, l'ancien munichois, qui a réduit le score après avoir commis une faute sur Philipp Lahm (1-1, 56e). Pas de quoi pour autant inverser le cours des choses, les Allemands s'offrant même le luxe de rater un penalty en fin de match (Thomas Müller, 90e + 2). Qu'importe, le Bayern file en quart de finale, même si Guardialo aurait sans doute préféré une victoire de ses joueurs.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent