Le blues de Ronaldo, l'affaire Benzema, la boulette de Benitez... vivement 2016 pour le Real

Football
DirectLCI
RÉTROSPECTIVE - La fin de l'année approche à grands pas et l'on peut déjà affirmer que les Merengues vont quitter 2015 sans trop de regrets...

L'incompréhensible départ de Don Carlo
Un an après avoir offert au Real la fameuse Decima en Ligue des champions, Carlo Ancelotti n'est plus en odeur de sainteté à Madrid. Et s'il est vrai que les Merengues finissent l'année bredouilles, mais à seulement 2 points du Barça qui réalise le triplé (Liga, Coupe du Roi et Coupe d'Europe), l'éviction du coach italien se fait contre l'avis du vestiaire et surtout de Cristiano Ronaldo... D'autant que les préceptes défensifs de son successeur, Rafael Benitez intronisé le 3 juin, font déjà des sceptiques. 

Le manque de respect à Casillas
Formé au club, grand artisan des nombreux titres remportés durant la période où il a été titulaire indiscutable dans les buts du Real (de 2002 à 2012) et considéré comme un des meilleurs gardiens de la planète du temps où il remportait tout avec l'Espagne (un Mondial en 2012 et deux Euro en 2008 puis en 2012), Iker Casillas n'a même eu droit à des adieux dignes de ce nom. Le 12 juillet dernier, c'est tout seul et en larmes que San Iker tourne la page madrilène pour rallier Porto, contraint et forcé. 

 Le transfert raté de De Gea
Le départ de Casillas acté, Madrid rêve de faire revenir David De Gea en Espagne. Le club de la capitale trouve un accord avec Manchester United (contre 30 millions d'euros plus Keylor Navas) dans les derniers instants du mercato estival. Problème, le 31 août, le Real a envoyé les documents officiels à l'organisme de contrôle des transferts avec 2 minutes de retard... Ce qui fait capoter l'opération. Les deux clubs auront beau se rejeter la faute, l'opinion retient que tout n'est pas très pro à la Maison Blanche.

 Le problème CR7
Moins bon sur le terrain (18 buts depuis le début de cette saison contre 24 à la même période l'an dernier) et passablement agacé par son repositionnement sur le côté au profit de Gareth Bale, Cristiano Ronaldo entretient des rapports compliqués avec Benitez. Pire, les rumeurs faisant état d'un prochain départ du triple Ballon d'or (notamment au PSG) semblent de plus en plus crédibles, d'autant que l'intéressé a répondu "pourquoi pas" à la question d'un départ à la fin de la saison. Une porte ouverte pour la première fois par CR7, qui lui a d'ailleurs valu les remontrances publiques de son président Florentino Pérez, juste avant d'affronter Paris en Ligue des champions le 3 novembre dernier...

 Benzema et le chantage de la sextape
Soupçonné par la justice d'avoir joué les intermédiaires entre son coéquipier en équipe de France Mathieu Valbuena et son ami d'enfance, contacté par des maîtres chanteurs qui menacent de diffuser une sextape du joueur lyonnais, Karim Benzema est mis en examen le 5 novembre pour "complicité de tentative de chantage et participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un délit puni d'au moins cinq ans d'emprisonnement". Un coup dur pour l'image du Real qui en public soutient évidemment son joueur mais se fait beaucoup de souci dans la coulisse. Selon les médias espagnols, un plan serait même envisagé par les dirigeants pour se débarrasser du buteur français s'il l'étau judiciaire se resserrait un peu trop sur lui. 

 L'humiliation du clasico
C'était un test grandeur nature pour Benitez et il s'est complètement planté. Ridiculisés 4-0 au Santiago Bernabeu par le rival barcelonais, les Madrilènes vivent une soirée cauchemardesque le 21 novembre dernier. L'écart avec le Barça est criant et Madrid se retrouve à six points du Barça en Liga. Au coup de sifflet final, les supporters du Real réclament la démission du coach et sortent leurs mouchoirs blancs pour Florentino Perez. Le président conforte pourtant Benitez le lendemain. 

 Le couac en Coupe du Roi
Aligné d'entrée par Rafa Benitez pour affronter Cadix en Coupe du Roi le 2 décembre, Denis Cheryshev est pourtant suspendu pour la rencontre (à cause de plusieurs cartons jaunes accumulés avec son ancien club Villarreal). Une énorme boulette, qui devrait annuler la victoire du Real (3-1) et le priver d'un 16e de finale. Et si le coach a plaidé la bonne foi après le match, en ayant tout de même sorti son défenseur à la mi-temps..., il avait déjà fait une erreur similaire avec Valence en 2001. Bref, ça commence à faire beaucoup.

À LIRE AUSSI
>>  Ibra au PSG jusqu'en 2017 ?
>> Retrouvez ici toute l'actu sport de metronews

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter