Le bouleversant aveu de Laurent Koscielny : "La victoire des Bleus m'a fait plus de mal que ma blessure"

Le bouleversant aveu de Laurent Koscielny : "La victoire des Bleus m'a fait plus de mal que ma blessure"

Football
DirectLCI
ADIEU - Blessé avant la Coupe du monde, Laurent Koscielny avait dû déclarer forfait pour la compétition, finalement remportée par l'équipe de France. Amer envers Didier Deschamps, le défenseur d'Arsenal a annoncé ce dimanche qu'il ne jouerait plus pour les Bleus.

En novembre 2017, il avait annoncé que la Coupe du monde serait certainement sa dernière compétition avec les Bleus. Victime entre-temps d'une rupture du tendon d'Achille, qui lui a finalement fait manquer le Mondial russe, et donc le sacre tricolore, Laurent Koscielny confirme ce dimanche 14 octobre qu'il ne souhaite plus porter le maillot de l'équipe de France. 


"Je pense avoir donné ce que je pouvais à l'équipe de France. (...) Elle a une très belle génération avec de grands joueurs, les Bleus c'est fini pour moi", annonce le défenseur de 33 ans (51 sélections) sur Canal+. "Je serai toujours un supporter de l'équipe de France parce que ça reste une équipe qui représente notre pays, mais je ne remettrai pas un maillot bleu."

Dans cet entretien accordé au Canal Football Club, le capitaine des Gunners revient sur la souffrance qu'il a ressenti pendant le Mondial russe. "La blessure a été dure à encaisser", admet Koscielny. "La suite a été encore plus dure puisqu'ils ont gagné la Coupe du monde. J'ai un côté égoïste là-dessus, j'aurais pu gagner la Coupe du monde. C'est un moment difficile à digérer. Personne ne pourra se mettre à ma place... (...) J'étais super content pour eux (les Bleus, ndlr) mais à la fois dégoûté. Je voulais qu'ils se qualifient mais en même temps, je voulais qu'ils perdent... c'est un côté égoïste, mais c'est la vie. Avec le recul, je suis super content pour l'équipe, parce que beaucoup de gens les critiquaient. Ils ont su rester solidaires."

Koscielny en veut à Deschamps

Mais ce qui l'a le plus touché dans sa chair, c'est le manque d'attention de la part des personnes qu'il pensait proches. "À un moment, on t'oublie. Je n'ai pas besoin qu'on parle de moi dans la presse mais normalement, les personnes autour de toi sont là pour t'aider. Là tu les comptes sur les dix doigts des mains", confie-t-il. Avant de pointer du doigt une personne en particulier... Didier Deschamps. "Je l'ai eu en septembre pour mon anniversaire. Sinon je ne l'ai pas eu. Il y a des personnes qui m'ont déçu. Il n'y a pas que le coach, il y a d'autres personnes. C'est ce qui m'a mis un coup de bâton derrière la tête."

S'il dit adieu à l'équipe de France, le quart de finaliste du Mondial 2014 et finaliste de l'Euro 2016 n'est pas encore prêt à raccrocher les crampons. "J'ai envie de continuer à Arsenal", conclut-il. "Je ne sais pas quel niveau je vais avoir, je n'ai pas repris les entraînements, mais j'ai envie de me battre." Il est sous contrat avec les Gunners jusqu'en 2020.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter