Le carnet de bord du Mondial : la France affronte le Nigeria, avec l'ambition de finir à la première place de son groupe

Football

Toute L'info sur

La Coupe du monde féminine de football 2019

DEMANDEZ LE PROGRAMME - Infos, coulisses, anecdotes... Chaque matin pendant la Coupe du monde féminine (du 7 juin au 7 juillet), LCI vous parle de ce que vous réserve la compétition organisée en France. Ce lundi 17 juin, les équipes des groupes A et B jouent leurs derniers matches de poule ; et la France affronte le Nigeria avec l'ambition de prendre la tête de son groupe.

Bonjour la France ! Un an après le titre mondial des Bleus en Russie, et 21 ans après la victoire historique de leurs illustres aînés à domicile en finale face au Brésil (3-0), les Bleues partent à la conquête de leur première étoile. Tous les matins, du 7 juin au 7 juillet pendant la Coupe du monde féminine, la première qui se tient dans l'Hexagone, LCI vous livre à domicile le programme de la journée à venir. Matches du jour, diffuseurs, joueuse à suivre... Ne manquez rien de l'actu de ce Mondial.

Le but que vous devez (re)voir

Carli Lloyd est entrée dans l'histoire du football et de la sélection américaine lors du match Etats-Unis - Chili disputé dimanche  16 juin au Parc des Princes. En ouvrant le score à la 11e minute, l'attaquante américaine est devenue la première joueuse de l'histoire à marquer dans six rencontres consécutives disputées en Coupe du monde. 

Puis en inscrivant un nouveau but quelques minutes plus tard (35e), Carli Lloyd, 36 ans et 11 mois, 275 sélections et 111 buts, est devenue la joueuse la plus âgée à inscrire plusieurs buts dans une même rencontre de Coupe du monde.

En vidéo

USA - Chili (1 - 0) : Voir le but de Lloyd en vidéo

Pourquoi vous ne devez pas rater Nigeria - France

Il reste du suspense dans ce groupe A. Les Françaises joueront face au Nigeria leur place à la première place du groupe. Et le Nigeria se battra pour marquer le point nécessaire pour se qualifier pour les huitièmes de finale (une courte défaite pourrait également leur assurer de terminer dans les meilleures troisièmes, et donc de passer au tour suivant). Il devrait donc y avoir du jeu sur la pelouse rennaise, où les Françaises auront à cœur de terminer en beauté leurs matches de poule et de signer une troisième victoire consécutive dans cette Coupe du monde. 

Ce match pourrait aussi être l'occasion pour le public de découvrir de nouvelles joueuses côté français, puisque la sélectionneuse Corinne Diacre devrait faire tourner son équipe. Parmi les noms cités pour débuter la rencontre : Julie Debever, Eve Périsset, Viviane Asseyi et Charlotte Bilbault. "Il y aura quelques changements, mais on ne va pas changer toute l’équipe non plus. On va aligner un onze compétitif", a toutefois prévenu Corinne Diacre en conférence de presse, dimanche 16 juin. "Il n’y aura pas quatre ou cinq changements, il y en aura moins", a-t-elle ajouté.

Le staff nigérian a déjà prévenu que ses joueuses allaient tout faire pour développer leur jeu et ne pas se contenter de défendre. "Si vous restez derrière, vous avez de grandes chances de prendre un but ; alors que si vous marquez, vous avez une bonne chance de prendre des points", a fait valoir leur sélectionneur suédois Thomas Dennerby. "Nous allons nous battre pour ce point. Au milieu, ce sera particulièrement physique, mais on tâchera de ne pas leur laisser d’espaces afin qu’elles ne prennent pas le contrôle du jeu", a renchéri la meneuse de jeu Rita Chikwelu. En avril 2018, les deux équipes s'étaient affrontées lors d'un match amical : la France l'avait emporté 8 buts à 0.

Lire aussi

Vous allez entendre parler d'elle

Ce lundi soir à Rennes, Desire Oparanozie, attaquante de l'En Avant Guingamp et capitaine du Nigeria, jouera un peu à domicile. "C'est très excitant pour moi de jouer en France mais aussi de jouer contre la France. J'aurais quelques amies dans l'équipe française", s'est réjoui la joueuse auprès de l'AFP.

A 25 ans, la Nigériane dispute sa troisième Coupe du monde. Avant de débarquer en Bretagne en 2014, Desire Oparanozie avait quitté son pays à 17 ans et joué en Turquie, Russie, Allemagne. "C'était très dur au début. La maison me manquait, j'avais froid, la nourriture n'était pas la même, la culture, les gens..." se souvient-elle. "Mais je n'avais pas d'autre choix si je voulais faire carrière. J'ai dépassé cela et maintenant, tout va bien."

Pour jouer au football, la joueuse a dû faire fi des réticences de sa mère. "Dans une famille africaine normale, on pense qu'un fille ne devrait pas jouer au football, que c'est un sport de garçon (...) mais heureusement j'avais le soutien de mon père. Quand j'ai été sélectionnée en équipe nationale des moins de 18 ans, ma mère a fini par m'encourager", raconte la Costarmoricaine d'adoption.

Elle veut désormais aider la jeunesse de son pays, et a récemment créé une fondation à son nom "pour aider les jeunes de 12 à 18 ans, que ce soit dans le sport ou s'ils veulent devenir médecin, à devenir ce qu'ils ont envie de devenir". En juillet, elle tiendra un séminaire pour plusieurs centaines de jeunes dans sa ville natale d'Owerri.

Le chiffre qui fait la différence : 148

148 centimètres : c'est la taille de la Chilienne Javiera Grez. Elle est la plus petite joueuse de la compétition, et la seule de cette Coupe du monde à mesurer moins de 150 centimètres !

Hors-jeu

Anne McClain, astronaute américaine résidente de la Station spatiale internationale, a envoyé un message de soutien depuis l'espace à l'équipe des Etats-Unis, qui affrontaient le Chili, dimanche 16 juin. En passant au-dessus de la France, elle a photographié le sud-ouest de Paris et entouré le Parc des Princes, où s'est déroulé la rencontre. "Plus tôt nous avions aperçu le stade, mais à 17 500 mph (mile par heure, ndlr), nous ne pouvions pas rester longtemps" a-t-elle tweeté en début d'après-midi, précisant que les résidents de la Station spatiale allaient regarder le match.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter