Le carnet de bord du Mondial : les Etats-Unis et la Suède jouent la première place du groupe F

Football

Toute L'info sur

La Coupe du monde féminine de football 2019

DEMANDEZ LE PROGRAMME - Infos, coulisses, anecdotes... Chaque matin pendant la Coupe du monde féminine (du 7 juin au 7 juillet), LCI vous parle de ce que vous réserve la compétition organisée en France. Ce jeudi 20 juin, la Suède et les Etats-Unis s'affrontent pour la première place de leur groupe.

Bonjour la France ! Un an après le titre mondial des Bleus en Russie, et 21 ans après la victoire historique de leurs illustres aînés à domicile en finale face au Brésil (3-0), les Bleues partent à la conquête de leur première étoile. Tous les matins, du 7 juin au 7 juillet pendant la Coupe du monde féminine, la première qui se tient dans l'Hexagone, LCI vous livre à domicile le programme de la journée à venir. Matches du jour, diffuseurs, joueuse à suivre... Ne manquez rien de l'actu de ce Mondial.

Le but que vous devez (re)voir

Il s'agit du deuxième but d'Ellen White, auteure d'un doublé mercredi soir face au Japon. Vainqueure 2 buts à 0, l'Angleterre termine à la première place de son groupe avec 9 points. Grâce au match nul entre l'Ecosse et l'Argentine, le Japon conserve sa deuxième place.

En vidéo

Japon - Angleterre (0 - 2) : Voir le 2e but de White en vidéo

Pourquoi vous ne devez pas rater Suède - États-Unis

Jeudi soir à 21 heures, la Suède et les Etats-Unis s’affrontent dans un match décisif pour la première place du groupe F. Les deux formations se sont toutes les deux facilement défaites de leurs adversaires lors des premiers matches. Les Etats-Unis ont battu le Chili 3 buts à 0 dimanche dernier, quand les Suédoises se défaisaient de la Thaïlande 5 buts à 1. Une score fleuve, mais bien loin des 13 buts à 0 infligés par les Américaines à ces dernières au premier tour.


Pour leur confrontation, les deux meilleures équipes du groupe devraient faire appel de nouveau à leurs meilleures joueuses. Car au tour précédent, plusieurs stars étaient restées sur le banc, notamment du côté des Etats-Unis, qui s'étaient passés d'Alex Morgan et Megan Rapinoe. 


Mentalement, les Américaines seront bien sûr galvanisées par leurs deux (très) bonnes performances au tour précédent, mais elles auront sûrement en tête leur défaite face aux Suédoises aux JO de Rio en 2016. En effet, ce sont elles qui ont infligé aux Etats-Unis leur unique défaite avant les demi-finales lors d'une compétition majeure. Les championnes du monde en titre avaient perdu aux tirs au buts.


Quoi qu’ils en soient, les deux équipes sont d'ores et déjà assurées de participer aux huitièmes de finale.


Le programme du jour :

Cameroun - Nouvelle-Zélande (18h, groupe E)

Pays-Bas - Canada (18h, groupe E)

Suède - USA (21h, groupe F)

Thaïlande - Chili (21h, groupe F)

Vous allez entendre parler d'elle

A 30 ans, Estelle Johnson participe à sa première Coupe du monde, sous les couleurs du pays d'origine de sa mère, le Cameroun. Car la joueuse, née à Maroua au Nord-Cameroun, a grandi dans le Colorado, et a été élevée au soccer "made in USA". Son père, ingénieur agronome, "voyageait en Afrique et aidait les paysans à apprendre comment améliorer un peu leurs récoltes", explique-t-elle.


Pourquoi la joueuse du Sky Blue (New Jersey) a-t-elle décidé de jouer pour son pays d'origine ? "J'y pensais depuis toujours, mais quand je les ai vues jouer la Coupe du monde 2015, j'ai vraiment voulu rejoindre l'équipe", a-t-elle expliqué à l'AFP.


"La fédération camerounaise a compris pourquoi je la voulais", a déclaré à l'AFP le sélectionneur Alain Djeumfa. "C'est une fille d'une maturité dans le jeu à nulle autre pareille, elle est vraiment expérimentée, a une excellente lecture des situations, elle anticipe beaucoup et a une très bonne relance au pied. Estelle voulait revenir dans son pays d'origine, elle était très motivée. Maintenant elle est au Cameroun et nous sommes très fiers d'elle", ajoute-t-il à propos de la défenseuse.


Son équipe peut compter sur son expérience : elle comptabilise 23 ans de pratique du foot depuis son arrivée aux Etats-Unis, à l'âge de 7 ans.

Le chiffre qui fait la différence : 91,3

91,3, c'est le pourcentage de joueuses japonaises évoluant dans le championnat national. Ainsi, sur les onze titulaires mercredi soir face à l'Angleterre, seule Saki Kumagai joue à l’étranger, en l'occurrence à l'Olympique lyonnais.

Hors-jeu

La gardienne argentine Vavina Correa, qui jouait ce mercredi soir contre l'Ecosse, a dévoilé la veille du match son tatouage de Tour Eiffel... devant la Tour Eiffel ! Il symbolise le parcours de l'Albiceleste jusqu'à cette Coupe du monde organisée en France. La joueuse de 35 ans l'a réalisé après la victoire de l'Argentine en Copa America, synonyme de qualification au Mondial pour la sélection argentine. Car cette dernière a réussi à se qualifier dans des conditions dantesques, que nous avions raconté la semaine dernière dans ce papier intitulé "Pourquoi le match nul des Argentines face au Japon résonne comme une victoire".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter