Le déclin de Xavi marque-t-il celui du Barça ?

Le déclin de Xavi marque-t-il celui du Barça ?

Football
DirectLCI
CLASICO – Dimanche à 21h se tiendra l'un des matches les plus excitants de l'année entre un Real Madrid en pleine bourre et un FC Barcelone en quête de rédemption, tous deux pris dans une lutte plus acharnée que jamais pour le titre de champion d'Espagne. Au centre des débats se trouvera Xavi, dont le déclin physique pose, en soi, une multitude de questions cruciales.

On dit que la vieillesse est un naufrage. Pourtant, quand on a vu Ryan Giggs, 40 ans, prendre une part active mercredi soir dans la renversante qualification de Manchester United pour les quarts de finale de la Ligue des champions , on a pensé qu'il était permis d'en douter. On se pose cette question parce qu'elle sera centrale dimanche, lors du Clasico ultra décisif qui opposera le Real Madrid au FC Barcelone , séparés par quatre petits points en tête du classement de la Liga. Tandis que la Maison blanche resplendit, le club catalan, lui, vit ce qu'il appelle une "phase de transition". Parce qu'il ne sait plus tellement quoi faire de son maître à jouer, Xavi Hernandez.

Car si Carles Puyol, capitaine historique du Barça, a, lui, osé tourner la page et annoncé son départ à la fin de la saison, reconnaissant publiquement le fardeau représenté par son déclin physique, ce n'est pas le cas de l'autre emblème blaugrana. "Pour lui, comme pour tout le monde, les années font leur effet, pointe ainsi sans ménagement Sonny Anderson, ex-attaquant barcelonais, sollicité par metronews. Et Xavi, même s'il reste, à 34 ans, un joueur avec une qualité de passe et une vista qui font toujours de lui le maître du milieu de terrain, va être de plus en plus en difficulté."

Pour Pelé, "Xavi vit une véritable injustice"

La cause est physique. Mais pas seulement. "Il a joué pas mal de matches la saison dernière (63, ndlr), il va évidemment disputer la Coupe du monde en juin... Xavi est un compétiteur qui veut jouer toutes les rencontres (22 en Liga, sept fois titulaire en huit matches de Ligue des champions cette saison, ndlr) mais cela demande d'avoir les jambes. Surtout qu'avec son nouvel entraîneur, Tata Martino, le Barça tend à vouloir jouer long et à se projeter rapidement vers le but, en sautant le milieu. Le Barça doit donc envisager de lui trouver un successeur", tranche celui qui officie désormais en tant que consultant sur BeIN Sports, qui diffusera le Clasico dimanche (21h).

Nommé à la tête du FC Barcelone l'été dernier à la place d’un Tito Vilanova parti soigner son cancer, le nouveau coach ne fait pas l'unanimité. On lui reproche de ne pas tenir son vestiaire, notamment parce qu'il fait moins jouer Xavi que ses prédécesseurs. "Quand on perd, on cherche toujours des responsables. Et là, c’est tombé sur l’entraîneur. Ce n’est pas juste, nous sommes tous responsables, a pourtant martelé le joueur il y a un mois. D'ailleurs, il a admis s’être trompé. Ça en dit beaucoup sur son humilité, même si c’est la faute de tous."

Son cas personnel ? "L’entraîneur est au-dessus de tout le monde, ce n’est pas moi qui prends les décisions. C’est contre mon éducation d’aller contre les choix du coach. Jamais de la vie je ne le ferai. Ça m’embête de ne pas être sur le terrain. Mais ça arrive à tous les footballeurs." Comprendre : à tout âge. "Xavi n'est jamais cité parmi les grands noms alors qu'il est vraiment excellent. Les gens l'oublient parce qu'il ne marque plus assez de buts. Mais c'est une véritable injustice", lâchait, de son côté, le Roi Pelé à metronews . C'était il y a deux semaines et on lui avait alors simplement demandé qui était, pour lui, le meilleur joueur du monde aujourd'hui.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter