Le père de Nasri tacle Yanga-Mbiwa

Le père de Nasri tacle Yanga-Mbiwa

DirectLCI
FOOTBALL - Blessé au genou dimanche lors de Newcastle-Manchester City (0-2), Samir Nasri prie pour que ses ligaments croisés aient tenu le choc après l'énorme tacle au genou que lui a adressé Mapou Yanga-Mbiwa. Un geste qui a provoqué la colère du père de l'ex-Marseillais.

"Je n'ai pas peur de rater la Coupe du monde. J'en ai déjà raté une, je connais ce sentiment, ça ne va pas me détruire, au contraire." Ainsi parlait Samir Nasri le 24 novembre sur Canal+. Un discours qu'il ne tient sans doute plus ce lundi, tandis que sa participation au Mondial est désormais suspendue au résultat de l'IRM qu'il aura passée dans la matinée. Dimanche après-midi, durant un match à Newcastle remporté (0-2) par son équipe de Manchester City, le meneur de jeu a quitté ses coéquipiers sur une civière, les larmes aux yeux et le genou gauche en vrac, après un tacle pour le moins appuyé de son compatriote Mapou Yanga-Mbiwa . Lequel cristallise forcément la rancoeur du clan Nasri, et notamment du père du joueur, Abdelhamid, qui n'a même pas cherché à le cacher.

"David Ginola, qui commentait le match à la télé, est allé voir Samir, confie-il ainsi au Parisien ce lundi . Il regrettait le geste de Mapou Yanga-Mbiwa, disant à Samir : 'Ce n'est pas bien ce qu'il t'a fait, il était battu, il t'a remis un gros coup pour faire mal.' Je partage ce sentiment. Il l'a fait méchamment, le gars est dépassé sur le premier coup, il en remet un second. Et ce n'est pas pour récupérer le ballon, à la hauteur où il tape... C'est de la méchanceté gratuite, comme les deux lames d'un rasoir : la première coupe, la deuxième découpe. C'est désolant. Si tu ne veux pas te faire passer, tu tires sur le maillot, tu retiens l'adversaire, mais tu ne t'attaques pas aux jambes, c'est l'outil de travail du joueur. J'espère qu'on arrivera à bannir un jour ces gestes des stades."

Nasri père : "Si le ménisque est touché, Samir en a pour deux mois, ce n'est pas la mer à boire"

Dans quel état d'esprit se trouve son fils ? "Je l'ai eu au téléphone, il m'a rassuré, éclaire le paternel, forcément inquiet. La déception s'est un peu atténuée, j'ai essayé de prendre sur moi, comme lui. Samir passera une IRM ce lundi. On aura alors un diagnostic précis. Il a peur de la blessure longue durée, qui mettrait fin à sa saison et à ses rêves de Coupe du monde." Car oui, pour ceux qui en doutaient encore, Samir Nasri rêve bien de Coupe du monde. Et n'a pas perdu espoir. "Neuf mois d'absence ? Hahahaha ! C'est ce dont rêvent ses détracteurs. Un professionnel nous a plutôt parlé de quatre semaines", tweetait ainsi sa petite amie dimanche soir .

Un pronostic auquel veut aussi croire son père : "Sa réflexion et quelques signes lui font penser à la possibilité d'une grosse entorse, explique-t-il. Si le ménisque est touché, il en a pour deux mois, ce n'est pas la mer à boire. Il y aurait alors beaucoup plus grave. Il pourrait même souffler et recharger les accus pendant sa convalescence. Alors il essaie de relativiser." Mapou Yanga-Mbiwa ? Aligné à un poste inhabituel d'arrière gauche dimanche, et soumis à une forte pression après plusieurs prestations catastrophiques, le défenseur a pu faire preuve d'une certaine nervosité. Toujours est-il qu'il s'est précipité dans le vestiaire de City après le match pour présenter ses excuses à Samir Nasri. Lui aussi doit croiser les doigts pour que les croisés n'aient pas été touchés.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter