Le président du Bayern Munich, Uli Hoeness, a caché 30 millions d'euros au fisc allemand !

Le président du Bayern Munich, Uli Hoeness, a caché 30 millions d'euros au fisc allemand !

Football
DirectLCI
JUSTICE – Uli Hoeness, le président du Bayern Munich, le club de Franck Ribéry, assiste depuis lundi à son procès pour fraude fiscale. Et s'il espérait écoper d'une peine avec sursis après avoir reconnu une dissimulation de 3,5 millions d'euros, mardi, un nouveau témoignage est venu compliquer cette issue. Ce boursicoteur aurait planqué près de 30 millions d'euros aux yeux du fisc bavarois, risquant du coup la prison ferme.

L'ardoise est de plus en plus salée pour le roi de la saucisse. Au deuxième jour du procès du président du club munichois, le patron du Bayern Munich, Uli Hoeness (62 ans), doit finalement au fisc plus de 27 millions d’euros. Soit bien plus que les 3,5 millions qu'il avait reconnus dans un premier temps, histoire d'attendrir le tribunal. Après avoir admis lundi que le montant de sa fraude fiscale était sans doute cinq fois plus important que celui soupçonné par la justice, Uli Hoeness a vu mardi un témoin-clé remettre en cause la sincérité et l’honnêteté de son “auto-dénonciation”.

Une enquêtrice de l’administration fiscale de Rosenheim a révélé au tribunal que Hoeness avait “omis” de verser au fisc quelque 27,2 millions d’euros depuis 2003. Une somme bien planquée en Suisse et qu'il a gagné en "boursicotant" avec de l'argent qui lui avait été prêté par son ami Robert-Louis Dreyfus, alors patron d’Adidas. Et encore ce chiffre serait le fruit du calcul le plus favorable à l’accusé.

"Oncle Picsou nageant dans l'or"

Ce témoignage est un nouveau coup dur pour le président du club de football le plus titré et le plus riche d’Allemagne. Présenté par ses détracteurs comme un homme qui aime "nager dans l’or comme l’oncle Picsou" comme le raconte Libération , doit convaincre une justice traditionnellement peu clémente avec les fraudeurs.

Les peines de prison ferme étant monnaie courante de ce côté-ci du Rhin, dès que les montants dissimulés dépassent le million d'euros, ce fils de charcutier à la réussite fulgurante, coéquipier de Gerd Müller et Franz Benckenbaüer au sein de la Mannschaft championne du monde en 1974, voit le sursis s'éloigner. Surtout que le parquet de Munich est en effet persuadé qu’il a agi par peur d’être dénoncé par la presse allemande, qui était sur sa piste. Il risque jusqu’à dix ans de prison.... Le verdict pourrait tomber dès jeudi car la défense n’a pas contesté les révélations sur le dernier montant de la fraude.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter