Le PSG a déjà la tête (et les jambes) à Chelsea

Le PSG a déjà la tête (et les jambes) à Chelsea

Football
DirectLCI
LIGUE 1 - Comment disputer (et accessoirement remporter) un match à Nice vendredi tout en étant obnubilé par la rencontre suivante, bien plus prestigieuse et incertaine, contre Chelsea mercredi ? C'est l'équation particulièrement ardue que devra résoudre le PSG de Laurent Blanc.

"Posez-moi des questions sur Nice !" C'est le cri du cœur lancé plusieurs fois (avec le sourire) par Laurent Blanc jeudi en conférence de presse. Car si l'entraîneur du PSG admet volontiers que le quart de finale aller face à Chelsea , mercredi en Ligue des champions, trotte déjà dans son esprit, il ne veut surtout pas galvauder le déplacement de vendredi soir sur la Côte d'Azur. Pas parce qu'il sera décisif dans la lutte pour le titre, son équipe comptant dix points d'avance sur son dauphin monégasque, mais justement parce qu'il fait office de préparation idéale du match suivant.

Une situation qui confrontera le coach "à un dilemme au moment de composer (son) équipe" : "Faut-il protéger certains joueurs pour éviter qu'ils se blessent ? Je ne crois pas. Tu peux faire toutes les séances d'entraînement que tu veux, rien ne remplace un match. Rien." Surtout quand il se termine par une victoire, synonyme de confiance et donc de sérénité.

Mourinho : "Le PSG a un avantage sur Chelsea"

Blanc a d'ailleurs soulevé un autre point intéressant : la nécessité de tout donner dès vendredi soir, d'un point de vue purement physique. "Paradoxalement, c'est souvent quand tu cherches à éviter les duels et que tu n'y vas pas à 100% que tu finis par te faire mal", a-t-il pointé. Le staff va donc devoir faire preuve de pédagogie, en rabâchant toute l'importance – relative – de ce déplacement à Nice.

Un discours déjà bien intégré par Christophe Jallet. "On est averti, on ne peut pas se permettre de prendre cette rencontre à la légère", assure le latéral droit, voué à être titularisé en l'absence de Gregory Van der Wiel. Même si José Mourinho, le coach de Chelsea, n'est pas dupe : "Paris un petit avantage sur nous du fait que leur match contre Nice sera presque sans enjeu." Tout est dans le "presque".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter