Le PSG bientôt sacré champion en Ligue 1 : qu'en est-il dans les autres grands championnats ?

Football
ET AILLEURS ? - En fonction de la combinaison des résultats, le PSG peut être sacré champion de France dès ce week-end face à Strasbourg lors de la 31e journée de Ligue 1. Mais, s'il est le mieux placé, le club parisien n'est pas la seule formation européenne à avoir l'occasion de sabrer le champagne.

Le PSG va être sacré champion de France. Il ne reste qu'à savoir où et quand. Vainqueur à Toulouse (0-1) le week-end dernier, résultat qui lui a permis de conforter son avance de 20 points sur son dauphin, Lille, le club parisien peut tuer définitivement le semblant de suspense dès dimanche. Si Paris bat Strasbourg, récent vainqueur de la Coupe de la Ligue, et que le LOSC ne s'impose pas à Reims dimanche, il ne pourra plus être rejoint par les Dogues et serait officiellement titré. En étant champion après 30 matches joués, le club de la capitale égalerait par ailleurs son record de précocité datant de la saison 2015-2016. 


Le PSG pourrait toutefois ne pas être la seule équipe européenne sacrée ce week-end. À l'instar de la bande de Thomas Tuchel, un autre club est en mesure d'être récompensé pour sa domination nationale.

C'est (presque) fait pour la Juve

Après le faux-pas de Naples à Empoli (1-2) mercredi, la Juventus entrevoit son 35e Scudetto. Les Turinois, leaders 18 unités d'avance, peuvent être titrés dès ce week-end. Une victoire contre le Milan AC samedi (à 18h), couplée à une défaite des Napolitains dimanche (à 20h30) contre le Genoa, permettrait à la Vieille Dame de repousser son dauphin à 21 points, à sept journées de la fin. Un écart mathématiquement insuffisant certes, mais en Serie A, la différence particulière prime. Les deux victoires de la Juve lors des confrontations directes (3-1, 1-2) offriraient le titre de champion au club piémontais.


Ce serait tout simplement inédit puisqu'aucune équipe italienne n'a été sacrée aussi tôt dans une saison. Le record est pour l'instant détenu par le Torino en 1947-1948, la Fiorentina 1955-1956 et l'Inter Milan 2006-2007, tous les trois titrés alors qu'il restait encore cinq matches de championnat à disputer.

Une grosse option pour le Barça

Les écarts sont plus resserrés en Espagne. À huit journées de la fin de la Liga, Barcelone possède une avance confortable sur ses poursuivants, 8 points de plus que l'Atlético de Madrid et 17 sur le Real Madrid. Mais, sur le plan comptable, les Blaugranas n'ont pas le nombre de points suffisant pour s'assurer leur 26e titre dès ce week-end. Au mieux, le Barça pourrait être sacré champion d'Espagne au soir du 20 avril, à condition de réaliser un carton plein tout en misant sur une défaillance prolongée des Madrilènes.

Battu par Bilbao (2-0) mi-mars, l'Atletico s'est bien repris lors de ses deux dernières sorties contre Alavés et Girona. L'autre club de Madrid a l'occasion de faire douter une dernière fois le Barça, samedi (à 20h30). Il s'agira de la dernière chance des Colchoneros de relancer la course au titre. Mais l'affaire s'annonce mal embarquée puisque le dernier succès madrilène en Catalogne (1-3) remonte au... 5 février 2006.

Il y aura du suspense jusqu'au bout

Si le dénouement semble proche en Liga, il n'en est pas de même en Bundesliga, où deux clubs se livrent une lutte sans merci. Fin novembre, le Bayern Munich comptait 9 points de retard sur le Borussia Dortmund. On se disait alors que le titre allait sûrement échapper aux sextuples champions d'Allemagne en titre, après cinq saisons d'ultra domination. Mais la trêve hivernale a rabattu les cartes. Les dynamiques se sont complètement inversées. Les Jaune et Noir se sont effondrés pendant que les Bavarois faisaient carton plein. À six journées de la fin, les deux équipes se tiennent dans un mouchoir de poche.


Pour la première fois depuis la saison 2012-2013, la lutte pour le titre se révèle passionnante outre-Rhin. Le "Klassiker" du 6 avril à l'Allianz Arena pourrait constituer un tournant décisif. Le Bayern accuse deux points de retard sur son rival. En cas de victoire, le club bavarois pourrait repasser en tête du classement. Au cas contraire, le Borussia Dortmund pourrait conforter sa première place. Une chose est sûre, ce combat de titans marquera l'apogée de la saison, à six journées de la fin de la Bundesliga.

En Angleterre, il va aussi falloir patienter pour connaître le nom de l'équipe championne. À six journées de la fin, rien n'est fait. Le titre devrait se jouer entre Manchester City et Liverpool. Les deux équipes sont au coude-à-coude. Longtemps leaders de Premier League, les Reds ont vu les Citizens leur passer devant. Derrière, Tottenham, relégué à 16 et 15 unités du duo de tête, se destine plutôt à lutter pour le podium avec Arsenal, Chelsea et Manchester United, quatre équipes qui se tiennent en trois points. 

Le calendrier laisse apparaître un léger avantage pour Liverpool qui recevra trois fois à Anfield, où les hommes de Jürgen Klopp sont invaincus (14 victoires et 2 nuls). Leurs adversaires semblent aussi plus abordables avec des affrontements face aux trois équipes qui se battent pour sauver leur peau, Southampton (16e), Cardiff (18e) et Huddersfield (20e), et un seul choc contre un "gros" Chelsea le 14 avril. Dans le même temps, Manchester City va devoir se mesurer à Tottenham le 20 avril puis jouer un match en retard, le derby face à Manchester United le 24 avril. Mais le tenant du titre garde toutefois son destin en main, avec un point d'avance et un match de plus à jouer. Le duel promet d'être serré jusqu'au bout. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter