Leader ultra-dominant, le PSG version 2019 est-il supérieur à celui de 2016 ?

Football

COMPARATIF - Après avoir manqué trois occasions de finir le travail, Paris a enfin officialisé son huitième titre de champion de France avant même la réception de Monaco dimanche soir. Si le record de précocité restera dans les mains du PSG version 2015-2016 de Zlatan Ibrahimovic, celui de Kylian Mbappé est phénoménal dans de nombreux domaines. Au point d'être plus fort ? Éléments de réponse.

La quatrième aura été le bonne. Après avoir raté par trois l'opportunité de valider son sacre contre Strasbourg (2-2), à Lille (5-1) puis à Nantes (3-2), et manqué d'égaler son record de précocité établi en 2015-2016, le PSG est officiellement sacré champion de France pour la huitième fois de son histoire. Sans même avoir eu à négocier le match du soir face à Monaco (21 heures). 

Le titre acquis, non sans une espèce de soulagement, des interrogations entourent toutefois la version 2018-2019 du club de la capitale. Défensivement, offensivement, dans le jeu, est-il (vraiment) le plus fort de l'histoire des Rouge et Bleu ?

Lire aussi

En légère avance sur le nombre de points

En 2015-2016, le PSG avait marqué de son empreinte le championnat en récoltant le plus grand nombre de points en une saison pour le club de la capitale (96). Cette saison, les hommes de Thomas Tuchel n'ont pas perdu de temps et comptent déjà 81 unités en 32 rencontres. Un bilan en avance sur ce même PSG 2015-2016 qui, à la même période, avait engrangé "seulement" 80 points. Pour égaler le record de 96 points, les Rouge et Bleu doivent donc désormais remporter au moins cinq des six dernières rencontres. Un objectif qui paraît dans les cordes de l'ogre de la Ligue 1 malgré le trou d'air traversé ces dernières semaines.

Plus prolifique... moins solide

Plus audacieux devant les caisses à la demande de Thomas Tuchel, qui profite un jeu offensif, le nombre de buts inscrits cette saison est en hausse. Après 32 rencontres, le club parisien - emmené par son trio d'attaque, Edinson Cavani, Neymar et Kylian Mbappé - a scoré à 92 reprises, soit 11 buts de plus que lors de la saison 2016, quand les filets avaient tremblé à 81 reprises. 

Fatalement, en se portant davantage vers le but adverse, les champions de France s'exposent, malgré une défense une nouvelle fois impériale cette saison. Ainsi, le PSG 2018-2019 a encaissé 8 buts de plus que l'arrière-garde qui protégeait Sirigu (26 contre 18). Un chiffre loin d'être alarmant, les Parisiens affichant un ratio de 0,81 but encaissé par match.

Meilleur à domicile, plus vulnérable hors de ses bases

Avant l'accroc enregistré face à Strasbourg (2-2), le Paris Saint-Germain était sur un sans-faute à domicile, avec 15 victoires en autant de rencontres disputées. Ainsi, à l'heure actuelle, la bande de Tuchel affiche un bilan de 15 victoires et un match nul en 16 matchs. En 2016, le PSG de Laurent Blanc s'était montré moins impérial avec un bilan 12 victoires, 3 nuls et une défaite.

Néanmoins, il affichait un bilan plus flatteur hors de ses bases, avec 13 victoires, 2 nuls et une défaite en 16 matchs à l'extérieur, quand l'équipe de Thomas Tuchel a signé 11 succès, 2 partages de points et 3 défaites en autant de rencontres.

Mbappé vs Ibrahimovic, le duel des gâchettes

Ces dernières semaines, les comparaisons ont foisonné entre Kylian Mbappé, auteur d'une saison monstrueuse, et Zlatan Ibrahimovic, grand artisan du titre 2015-2016. En regardant de plus près les statistiques des deux phénomènes, Mbappé a un léger retard sur les temps de passage du Suédois, avec 27 buts marqués en 26 matchs de Ligue 1 après 32 journées disputées. Soit 6 de moins que le colosse scandinave, qui en avait déjà inscrit 30 à ce moment-là de la saison.

L'actuel attaquant des Los Angeles Galaxy avait réussi l'exploit d'inscrire 38 buts à la fin de cet exercice. Si Mbappé maintient son niveau de forme d'ici au 25 mai, ce record parisien pourrait bien être égalé, à défaut d'être battu. Tueur dans la surface, le champion du monde semble néanmoins moins présent dans le jeu que son illustre aîné, qui avait offert 13 passes décisives sur l'ensemble de la saison, quand "Kyky" en compte seulement six offrandes pour ses partenaires de jeu.

Lire et commenter