Leonardo Jardim, un petit nouveau à la tête de Monaco

Football

PRINCE - Annoncé comme le prochain entraîneur de l'AS Monaco, Leonardo Jardim, 39 ans, est un jeune premier pour un club qui vise très haut. Réputé pour bien faire jouer ses équipes et promis à un bel avenir sur le banc de touche, le Portugais offre en plus l'avantage d'être à la merci de sa future direction.

Il y a eu l'idée Zidane . Puis les hypothèses Conte (Juventus Turin) et Diego Simeone (Atlético Madrid). Il y aura finalement... Leonardo Jardim. ''Qui ça?'' Jardim, on vous dit. Il est vrai que le nom du technicien portugais n'est pas le plus connu dans l'hexagone, mais malgré son jeune âge (39 ans) et son inexpérience relative, celui qui est actuellement aux commandes du Sporting Club du Portugal devrait être le nouvel entraîneur de l'AS Monaco, et ce pour les deux prochaines saisons. Les médias lusitaniens assurent que les dirigeants des deux clubs se sont rencontrés mercredi après-midi à Lisbonne pour discuter du transfert. Et seraient parvenus à un accord, officialisé dans les jours qui viennent.

Encore sous contrat avec le club lisboète, Jardim serait débauché par l'ASM, contre 5 millions d'euros environ. Pas rien pour un coach qui reste énigmatique en France, car inconnu. A son actif : une qualification du Sporting pour la prochaine Ligue des champions, qu'il n'avait plus fréquentée depuis cinq saisons, ainsi qu'un titre de champion de Grèce avec l'Olympiakos et un titre de D2 portugaise. Pas suffisant pour cerner le bonhomme, qui a néanmoins un palmarès déjà plus fourni que son prédécesseur, Claudio Ranieri, diront les détracteurs de l'Italien .

Accusé de coucher avec la femme du président à l'Olympiakos

Le coach au crâne déjà dégarni a toujours voulu entraîner, quand beaucoup se retrouvent sur le banc après une carrière de joueur avortée. Dès ses 27 ans, il est propulsé entraîneur adjoint à Camacha, en troisième division portugaise, passe coach principal, arrive ensuite à Beira Mar, avant de démissionner pour mauvais résultats. Deuxième chance avec Braga, qu'il mène sur le podium de la Liga Sagres. Avant de démissionner, à nouveau, pour désaccord avec le président. Il s'envole alors pour l'Olympiakos, en Grèce. Là-bas, il réalise une belle saison (premier du Championnat avec 10 points d'avance)... quand il est démis de ses fonctions. Pourtant adoré des supporters, Jardim est accusé d'avoir eu une liaison avec la femme du président. Retour, donc, au Portugal et au Sporting, son club de coeur.

Un parcours original mais pas digne d'un cador européen comme l'étaient les autres concurrents précités. Le technicien était également pisté par Tottenham et le PAOK Salonique (Grèce), pas des terreurs non plus. Mais sa réputation a plu aux dirigeants monégasques, également conscients d'une chose : si Ranieri était un peu têtu et parfois difficile à contrôler, Jardim sera, lui, parfait dans le moule de l'entraîneur qui doit se taire. Les egos de stars seront gérés directement par la direction, le coach ne faisant qu'appliquer les volontés de l'état-major. Ce qui ne lui enlève pas la pression : pour sa première saison en Principauté, il devra se qualifier pour les 8es de finale de la Ligue des champions, lutter avec le PSG pour le titre, et sans doute ramener un trophée. Pas simple pour un petit nouveau.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter