VIDÉO - Les Bleus ont le "potentiel" : l'ex-coach de Toulouse confiant pour la Coupe du monde

CONVICTIONS - Dans le cadre de la venue du trophée de la Coupe du monde en France, Pascal Dupaz était l'invité de LCI ce mardi. Le nouveau consultant football de notre antenne a notamment estimé que les Bleus disposaient des meilleurs atouts pour faire bonne figure en Russie l'été prochain.

Il se veut optimiste. Invité sur notre chaîne  pour commenter la venue du Graal en or massif en France ce mardi, Pascal Dupraz, qui sera consultant pour TF1 et LCI durant la Coupe du monde 2018, a livré sa foi indéfectible quant aux chances françaises de soulever le trophée le plus convoité de la planète football l'été prochain en Russie.


"L'équipe de France a le potentiel, les joueurs, la cohésion, le talent, mais surtout le sélectionneur et le staff pour aller loin dans cette compétition" a estimé l'ancien attaquant (passé notamment par le Sochaux, Mulhouse et Toulon) devenu ensuite entraîneur. 

Afin d'avoir un maximum de chances de se hisser sur le toit du monde, la bande à Deschamps doit être composée des meilleurs éléments français. Une optique à laquelle l'ancien coach de Toulouse (2016-2018), devenu célèbre pour son émouvante causerie à quelques heures d'une rencontre cruciale face à Angers pour le maintien du TFC en Ligue 1, souscrit largement.  


Selon lui, le sélectionneur national devrait notamment faire confiance à l'attaquant Wissam Ben Yedder, le "super sub" du FC Séville (19 buts en 35 matches), et ancien toulousain. Tout fraîchement appelé pour disputer les deux rencontres amicales contre la Colombie puis la Russie ( les 23 et 27 mars), il mérite, selon lui, de s'installer durablement sous le maillot frappé du coq. "Je serais le premier heureux" révèle Dupaz qui estime que "WBY" possède trois qualités essentielles pour les sportifs de haut niveau. "Aimer leur sport, le pratiquer et ne jamais rien revendiquer".

L'ancien entraîneur d' Évian Thonon Gaillard (2012-215) a aussi été questionné sur ce qu'il faisait le 12 juillet 1998 au soir. "J'étais dans mon petit village en Savoie [...] j'étais comme un fou, comme tout le monde. J'étais fier d'être français, on l'est toujours, mais surtout fier de voir cette équipe gagner la Coupe du monde en France". Comme 60 millions de résidents français cette année-là. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Coupe du monde de football 2018 en Russie

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter