Les chantiers qui attendent Zinedine Zidane sur le banc du Real Madrid

Football

RECONSTRUCTION - Un peu plus de neuf mois après sa démission surprise, Zinedine Zidane reprend du service sur le banc du Real Madrid. Son retour a été officialisé ce lundi. À 46 ans, le technicien français s'apprête à relever un défi à la hauteur de ses prouesses réalisées lors de son premier passage à la tête du club madrilène.

Un défi à la hauteur de sa légende. Neuf mois après avoir quitté le Real Madrid par la grande porte, Zinedine Zidane effectue son grand retour sur le banc en remplacement de Santiago Solari, nommé fin octobre après le limogeage de Julen Lopetegui. Les Merengues ont officialisé ce lundi 11 mars le comeback de "ZZ" à la tête de l'équipe première, avec un contrat de trois ans et une mainmise sur le recrutement. "Le comité directeur a décidé de la nomination de Zinedine Zidane comme entraîneur du Real Madrid avec effet immédiat, pour la fin de cette saison et les trois suivantes, jusqu'en juin 2022", a écrit le club dans un communiqué.

À 46 ans, et après une année sabbatique, loin des terrains, l'ancien numéro 10 des Bleus s'est laissé convaincre par le président Florentino Pérez de revenir sur le théâtre de ses récents exploits d'entraîneur (9 titres en deux ans et demi, soit un trophée tous les 97 jours). En acceptant la proposition madrilène, "Zizou", icône absolue du Santiago Bernabeu, se prépare à vivre un nouveau challenge personnel, "un plus gros défi". À savoir : sortir son "club de cœur" du marasme actuel et mener à bien la reconstruction post-Cristiano Ronaldo. 

Lire aussi

Sécuriser la Ligue des champions

En mai dernier, pour justifier de son départ inattendu du Real Madrid, Zinedine Zidane avait argué de son impossibilité de gagner encore avec cette équipe. "Je dis seulement qu'après trois ans, je me trompe peut-être, je sens que c'est le bon moment. Si je ne vois pas clairement que nous allons continuer à gagner, il est mieux de changer et de ne pas faire de bêtises", expliquait-il. L'histoire lui a donné raison puisque les Madrilènes ont tout perdu en l'espace d'une semaine avec l'élimination en Coupe du Roi, la perte du championnat et l'humiliation face à l'Ajax Amsterdam (2-1, 1-4) en huitièmes de finale de la Ligue des champions.

Fixée comme prioritaire par le board madrilène, la première mission du champion du monde 1998 sur le banc va consister à sécuriser la qualification en Ligue des champions des triples tenants du titre déchus. Si à première vue, la route semble dégagée, avec un calendrier plutôt favorable, les Merengues n'ont cependant pas encore assuré leur présence en Coupe d'Europe la saison prochaine, à onze journées de la fin du championnat. Troisième de Liga, avec douze points de retard sur le Barça et cinq sur l'Atlético de Madrid, le Real Madrid reste en effet sous la menace (toute relative) d'Alavès, cinquième de Liga, à dix longueurs. 

Pacifier le vestiaire

Attendu à Valdebebas mardi matin pour diriger son premier entraînement, Zidane va devoir remettre de l'ordre dans un vestiaire miné par les tensions. L'élimination du Real en huitièmes de finale face à l'Ajax a laissé des traces. Et ravivé les divisions. Ces derniers jours, la presse espagnole s'est d'ailleurs faite l'écho de ces disputes. Sergio Ramos, le capitaine de l'équipe madrilène, aurait notamment eu une vive altercation avec son président Florentino Pérez et aurait pris ses distances avec son coéquipier Marcelo. Déjà en délicatesse lors du premier passage de "Zizou" à Madrid (janvier 2016-juin 2018), Gareth Bale se serait quant à lui de plus en plus renfermé sur lui-même, au point d'être en conflit ouvert avec une partie du groupe.

Voir aussi

On ne le sait que trop bien l'avis des joueurs du Real Madrid est essentiel, si ce n'est déterminant, dans le choix de l'identité de l'entraîneur. Le retour de Zinedine Zidane s'inscrit dans cette logique d'apaisement souhaitée par Florentino Pérez. Proche de ses joueurs, il avait démontré sa capacité à gérer les égos d'un vestiaire réputé complexe. Dans un récent entretien à AS, Marcelo, vice-capitaine des Merengues, donnait d'ailleurs une idée de sa relation avec "ZZ". "J'ai pratiquement donné ma vie pour Zidane." En octobre dernier, nostalgiques des trois dernières années passées à avec lui, les joueurs avaient déjà demandé le retour du Français.

Réorganiser l'équipe

En revenant dès maintenant à Madrid, l'ancien numéro 10 de l'équipe de France prépare aussi la saison à venir. "Des choses vont changer, il le faut. On va prendre le temps de parler pour voir ce qu'on peut faire", a-t-il indiqué lundi soir lors de sa conférence de presse de présentation. La perte de Cristiano Ronaldo, parti à la Juventus l'été dernier, n'a pas été comblée. La présence de "ZZ" sur le banc vise à convaincre (s'il le fallait encore) les futures recrues de rejoindre la capitale espagnole. Il aurait d'ailleurs obtenu des garanties, notamment en matière de recrutement. Comprenez qu'il disposera de moyens illimités pour mener la reconstruction madrilène. Le président Florentino Pérez lui aurait ainsi promis une énorme enveloppe pour le prochain mercato. Très peu actif l'été dernier, le club merengue entend taper fort pour laver l'affront d'une année blanche. Les noms d'Eden Hazard (Chelsea), Paul Pogba (Manchester United) ou encore Neymar et Kylian Mbappé (PSG) devraient alimenter les gazettes sportives. 

Évidemment, les joueurs devraient faire les frais de cette grande lessive estivale. Le premier nom qui nous vient tout de suite à l'esprit n'est autre que celui de Gareth Bale. Le Gallois, coupé du vestiaire et irrégulier dans ses performances sous Lopetegui et Solari, n'a plus la tête au Real. Et ce n'est pas la retour de Zidane qui devrait le convaincre de rester. Selon El Pais, à l'époque de son premier passage à Madrid, le Français aurait réclamé en vain le départ du Gallois pour favoriser l'arrivée d'Eden Hazard ou Kylian Mbappé. Florentino Pérez s'y était opposé. Un refus catégorique qui avait d'ailleurs motivé l'entraîneur français à quitter le club. Cette fois-ci, Zinedine Zidane va avoir les mains entièrement libres pour réorganiser son effectif. 

Débuter un nouveau cycle

"J'ai hâte de travailler de nouveau et remettre le club où il doit être". Les mots de "Zizou" à la presse en disent long sur ses prétentions pour son retour au Real Madrid. Parti au sommet de sa gloire après avoir remporté trois Ligue des champions consécutivement (2016, 2017 et 2018), le technicien de 46 ans s'apprête à relever "un plus gros défi" que lors de son premier passage sur le banc madrilène. Après avoir réunifié son vestiaire et reconstruit son équipe, il va aussi devoir redonner confiance à un groupe usé par une saison sans titre et dans lequel plusieurs cadres (Marcelo, Isco, Asensio) ont perdu de l'influence, sans doute repus par la multitude de trophées remportés ces cinq dernières années. "Je vais essayer de relever le défi", a-t-il promis. On a hâte de le revoir aux affaires. Ça commence dès samedi face au Celta Vigo.  

Lire et commenter