LIGUE 1 - Bielsa, PSG, Costil, Lacazette... Ce qu'il faut retenir de la 12e journée

Football
FOOTBALL - Les journées se suivent et ne se ressemblent pas. La 12e journée de L1 a connu son lot de rebondissements. En ce début de semaine, on a récapitulé pour vous ce qu'il ne fallait louper en attendant la Ligue des champions et le Clasico entre le PSG et l'OM dimanche.

1. Planus la met au fond (Bordeaux 2-1 Toulouse, dimanche)
Tricard cette saison, le défenseur bordelais âgé de 32 ans a profité de son tout premier match de la saison dimanche face à Toulouse (2-1) pour inscrire un but. Pour le féliciter, Willy Sagnol, le coach, l'a ensuite sorti illico pour faire entrer Diego Rolan... buteur à son tour. 

2. Makelele à la dérive (Guingamp 1-0 Bastia, samedi)
Après avoir perdu samedi sur la pelouse de la lanterne rouge (1-0), Guingamp, le SC Bastia, désormais 19e au classement, pourrait perdre son entraîneur, Claude Makelele. Cette défaite, la 6e de la saison, pourrait être celle de trop pour l'ancien adjoint de Laurent Blanc à Paris.

3. L'ASM dans l'indifférence générale (Monaco 1-1 Reims, vendredi)
Jouer à domicile devant 5000 personnes peut, à terme, devenir handicapant. Surtout lorsque l'on vise le podium en fin de saison. Les Monégasques peuvent en témoigner, eux qui avaient une superbe occasion de recoller au peloton de tête mais ont finalement été tenus en échec à Louis II (1-1) face à Reims, en concédant un but de Moukandjo à dix minutes du terme sur un contre éclair. À Paris, Marseille, voire Lille, des voix se seraient élevées et auraient accru la pression sur l'entraîneur et les joueurs. Mais à Monaco, rien. Et c'est bien un problème.

4. Lacazette a le sens du timing (Nice 1-3 Lyon, samedi)
Le sélectionneur a assisté à la victoire lyonnaise (1-3) à Nice samedi soir. Il était donc aux premières loges pour admirer le doublé de Lacazette, brassard de capitaine autour du bras. Deux réalisations qui portent à 10 en 12 matches son total cette saison. On se rappelle que Didier Deschamps lui avait préféré un Gignac un peu plus prolifique dans sa dernière liste, il y a un mois. Et que, en réaction, il avait inscrit un triplé face à Lille. Autant donc dire que, cette fois, le Lyonnais a mis toutes les chances de son côté. Son coach, Hubert Fournier : "La liste des Bleus tombe jeudi. A ce rythme, il aura forcément la récompense qu'il mérite." Tout est dans le "forcément".

5. Le jour de gloire des gardiens de but (Lille 1-1 Saint-Étienne, samedi)
Il est relativement rare de voir un portier arrêter un penalty. Alors voir les deux gardiens en stopper un dans un même match, pensez donc ! Ceci dit, il est moins surprenant de noter que les deux concernés sont les monstres sacrés Enyeama et Ruffier.

6. Le PSG se remet la tête à l'endroit (Lorient 1-2 Paris, samedi)
"Cette première mi-temps est la pire depuis que je suis entraîneur du PSG." On croit volontiers Laurent Blanc : à la fin d'un premier acte catastrophique en tout point, ses hommes pouvaient même s'estimer heureux de n'être menés que d'un but. Une gueulante du coach plus tard (la première de la saison, soit dit en passant), les Parisiens inversaient la tendance et s'imposaient à Lorient, permettant au Clasico de dimanche prochain de conserver tout son sel. Alors on dit merci coach ! Et même merci Lorient, au regard de la statistique ci-dessous.

7. Malouda a de beaux restes (Metz 3-2 Caen)
A 34 ans, l'ancien joueur de Chelsea et de Lyon a inscrit (sur penalty) son tout premier but sous les couleurs du FC Metz, samedi face à Caen (3-2). Arrivé dans le club mosellan en septembre, Malouda a donc marqué en L1 pour la première fois depuis le 26 mai 2007.

8. Bérigaud coule son ancien club (Montpellier 2-0 Évian, samedi)
Kévin Bérigaud, vous vous souvenez ? La saison dernière, l'ex-attaquant d'Evian devançait Zlatan Ibrahimovic ou encore Edinson Cavani au classement des buteurs (tout du moins durant les cinq premières journées). Transféré à Montpellier en juillet où il peinait à trouver le chemin des filets, samedi face à son ancien club, il a enfin marqué. Samedi (2-0), il a mis fin à un mois sans victoire pour le MHSC.

9. Benoît Costil façon Manuel Neuer (Nantes 1-1 Rennes, dimanche
Devenu officiellement le 4e gardien des Bleus il y a un mois, le portier rennais marche littéralement sur l'eau en ce début de saison. La preuve avec ce geste de très grande classe réalisé dimanche après-midi lors du derby de l'ouest : une talonnade pleine de culot sur une passe en retrait brûlante où l'ouverture du score des siens trouvera directement son origine. Comme Manuel Neuer, impressionnant par son jeu au pied, Costil prouve qu'il est un gardien fondamentalement moderne. Au point de briguer lui aussi le Ballon d'or l'an prochain ? Certes non, mais pourquoi pas le trophée de meilleur portier de L1 ?

10. L'OM toujours à la peine (Marseille 2-1 Lens, dimanche)
Vainqueurs de valeureux Lensois, les Marseillais sont parvenus à conserver leur matelas de quatre points d'avance en tête du classement avant de se rendre chez le dauphin parisien dimanche prochain. Pourtant, coach Bielsa n'était pas du tout content après la rencontre. "L'équipe a joué au début de chaque période, et après elle a perdu ses caractéristiques, a expliqué l'Argentin. On a aussi perdu le pressing constant sur l'adversaire et après le 2e but il s'est passé la même chose, à un degré moindre. Enfin, il y a eu l'exclusion (de Romao) et on a eu du mal à conserver l'équilibre ensuite. On a encore manqué d'efficacité. Pour moi, ces gestes superflus ou inappropriés sont dus à un manque de mobilité. Ou alors le joueur dégage loin ou alors il tente des gestes risqués. En ayant l'habitude de ne pas balancer des ballons devant, les conséquences sont ces excès individuel." Autant dire que la semaine s'annonce studieuse à Marseille.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter