Ligue 1 : suspectés de propos discriminatoires, Neymar et Alvaro échappent aux sanctions

Neymar et Alvaro Gonzalez en tête à tête lors du PSG-OM
Football

CLASH - La commission de discipline de la LFP a décidé de ne pas sévir à l'encontre de Neymar et d'Alvaro Gonzalez. Les deux joueurs étaient accusés d'avoir tenu des propos discriminatoires lors du houleux PSG-OM du 13 septembre dernier.

Pas de suspension pour le défenseur marseillais et la star parisienne. Dans l'oeil du cyclone depuis le sulfureux PSG-OM, Neymar et Alvaro Gonzalez n'ont finalement pas été sanctionnés. La commission de discipline a constaté une "absence de fiabilité" du rapport d'expertise, et une absence de "corrélation" entre les auditions des deux joueurs et les conclusions de ce rapport. Sébastien Deneux a également insisté sur les "doutes" nés de la fiabilité des techniques d'expertise labiale, évoquant des éléments "trop aléatoires"

Des propos discriminatoires... incertains

L'attaquant brésilien était accusé d'avoir échangé des propos homophobes et racistes envers les défenseurs de Marseille Alvaro Gonzalez et Hiroki Sakai le 13 septembre dernier. Neymar avait accusé Alvaro de l'avoir traité de "singe" ("mono" en espagnol). L'OM avait répliqué en faisant savoir qu'il avait des images de Neymar proférant une insulte raciste au Japonais Hiroki Sakai. Une chaîne espagnole avait aussi assuré que la superstar brésilienne avait proféré des injures homophobes envers Alvaro.

Cette décision vient clôturer un sacré feuilleton. La LFP a toutefois d'ores et déjà suspendu plusieurs joueurs de ce "classico" houleux. Jordan Amavi (3 matches), Dario Benedetto (1 match), Layvin Kurzawa (6 matches), Leandro Paredes (2 matches ferme plus un avec sursis) ainsi que Neymar, déjà (2 matches ferme plus un avec sursis) ont ainsi été épinglés. Tout comme Angel Di Maria, mis sur la touche pour quatre rencontres après un crachat en direction d'un joueur de l'OM.  

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : l'Elysée exclut un confinement généralisé comme au printemps

Appelés à "défendre l’intérêt" du pays, les musulmans de France s’inquiètent d’une surenchère

Le Maroc condamne la publication des caricatures de Mahomet

"Trop risqué", des médecins mettent en garde contre les conséquences d'un éventuel reconfinement

Éventuel "reconfinement" : comment le gouvernement a changé de discours en quelques semaines

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent