Ligue 1 : face à Lens, l'OM sauve les apparences

Football
LIGUE 1 - Même bousculés par Lens, les Marseillais ont renoué avec la victoire dimanche soir, après deux défaites d'affilée. Un succès qui permettra à l'OM de se rendre dimanche prochain à Paris en leader et avec 4 points d'avance.

Ils s'en contenteront. Après une semaine éprouvante, marquée par deux défaites d'affilée (en L1 contre Lyon et en Coupe de la Ligue de la Ligue face à Rennes) puis une altercation entre André-Pierre Gignac et Brice Dja Djédjé, les Marseillais ont renoué avec le succès dans la difficulté dimanche soir face à Lens. Inquiété à domicile par le RC Lens, l'OM avance de nouveau mais ne convainc plus.

Car face au promu nordiste, Marseille a une nouvelle fois montré un visage inquiétant, bien loin de celui conquérant affiché il y a encore quelques semaines et qui avait permis aux Phocéens d'enchaîner huit victoires de suite. Hésitations, déchets et tensions (Alaixys Romao a été expulsé à la 76e), les coéquipiers de Florian Thauvin n'ont en fait réellement pu poser leur jeu qu'en début de match. Un premier quart d'heure convaincant, conclut par un but de Nicolas NKoulou sur corner (1-0, 10e min).

L'OM évite la spirale négative avant le clasico

Les supporters du stade Vélodrome pensent alors qu'ils vont assister à une démonstration de leurs protégés mais ils se trompent. Car comme face à Rennes après l'ouverture du score, l'OM a ensuite perdu le fil de la rencontre. Illustration de la schizophrénie marseillaise du moment, c'est la défense qui se met elle-même en danger avec des pertes de balles stupides signées Nkoulou (29e) et Benjamin Mendy (30e).De plus en plus sous pression, les Olympiens cèdent alors presque logiquement quelques instants plus tard, sur un but de Baptiste Guillaume (1-1, 31e).

Le leader vacille clairement sur ses certitudes, pourtant bousculé par des Lensois très jeunes (23 ans de moyenne d'âge) et aux portes de la relégation. Mais Marseille compte dans ses rangs un joueur qui l'a toujours guidé depuis le début de saison : d'habitude buteur, Gignac est sorti de sa trop grande discrétion du soir afin de se transformer en passeur pour Thauvin (2-1, 60e) et empêcher son club de tomber dans une spirale négative. Tout comme la parade décisive de Steve Mandanda dans les arrêts de jeu (90e + 4). Toujours avec 4 points d'avance sur le PSG, les hommes de Marcelo Bielsa peuvent voir venir avec un peu plus de sérénité le clasico. Car une chose est sûre, ils n'y laisseront pas leur trône.

EN SAVOIR + >> Tous nos articles football

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter