Ligue 1 : les Canaris de mal en pis

Ligue 1 : les Canaris de mal en pis

Football
DirectLCI
FOOTBALL - Les Nantais se sont inclinés lourdement sur leur pelouse (0-3) face au rival rennais, dimanche à l'occasion de la 26e journée de Ligue 1. Et les Canaris, 14e avec 31 points, commencent à regarder dans le rétroviseur. Inquiétant.

Une fin de dimanche à oublier. Mais que s’est-il passé pour qu’en quelques semaines le FC Nantes devienne méconnaissable ? Dépassés au match aller (1-3), leurs "meilleurs ennemis" rennais sont venus prendre leur revanche sur la pelouse de la Beaujoire, et ce, sur un score sans appel. Pourtant, tout semblait prêt pour que le club des bords de l’Erdre passe une belle fin d’après-midi. Dans une nouvelle ambiance de feu, où plus de 34 000 personnes s’étaient massées pour assister au match retour, la Brigade Loire, le principal groupe de supporters, fêtait ses 15 ans d’existence par un superbe tifo.

La Scandinavie terrasse la Beaujoire

Oui mais voilà, sur la pelouse, il en a été tout autrement. Les Rennais, très à l’aise avec un Paul-Georges Ntep tout feu tout flamme, ont dominé les débats tout le match. L’ancien Auxerrois, bien lancé par Mbengue, ouvrait le score au quart d’heure de jeu sur une belle frappe du droit sous la barre de Rémy Riou (0-1, 16e). Au lieu de réagir, les Canaris subissaient et commettaient trop d’erreurs pour espérer revenir au score. De glissades en ballons perdus, ils concédaient même un deuxième but au retour des vestiaires par le Norvégien Anders Konradsen, sur une frappe de 20 mètres du gauche (0-2, 63e). La messe était alors dite.

Logiquement, les supporters rennais, massés dans leur parcage, exultaient, prenant là leur revanche. Stériles offensivement (le meilleur buteur, Filip Djordjevic, purgeait son 2e match sur 3 de suspension), les Nantais ne savaient plus quoi faire pour inquiéter les hommes de Montanier. Pire, à l’entrée du temps additionnel, le géant suédois Ola Toivonen allait crucifier Riou (0-3, 90e). Sans appel. Et inquiétant pour les Nantais, incapables de gagner en championnat depuis le 12 janvier dernier face à Lorient (1-0). Issa Cissokho, désabusé, ne pouvait que constater les dégâts : "Nous n’avons pas produit de jeu. Il va falloir se relancer à Evian car ça commence à chauffer." Au classement, le FCN, 14e, tient en effet un rythme de relégable. Réaction immédiate attendue contre l'ETG, autre équipe qui lutte... pour ne pas descendre.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter