Ligue 1 : Paris gagne sans forcer

Ligue 1 : Paris gagne sans forcer

DirectLCI
FOOTBALL – En gérant ses efforts en vue de la Ligue des Champions, Paris s’est facilement débarrassé de Valenciennes (3-0) vendredi au Parc des Princes. Lavezzi, touché par la mort tragique de son oncle quelques jours auparavant, a marqué un but en son hommage.

C’est une habitude : les visiteurs du Parc des Princes viennent pour se défendre. Limiter les dégâts. Ils n’espèrent guère plus. En formation tortue, triangle ou ligne triple, c’est, à chaque fois, une équipe aux allures d’infanterie romaine qui vient courir après le ballon. Les fantassins valenciennois ont ce soir du souffle et les reins solides. Mais, à force de subir, l’issue du combat est sans surprise : les Parisiens sont irrésistibles à domicile.

Plutôt qu’un combat, c’est un entraînement que semblent suivre les joueurs du PSG. Ne manque qu’aux Valenciennois des chasubles, des plots et des sifflets pour parfaire les conditions de ce match de préparation "pré-Ligue des Champions". Car les Parisiens semblent avoir la tête ailleurs – à Leverkusen, sans doute – tant ils loupent le plus facile dans une première période pourtant si maîtrisée. Même Ibra, gauche et nonchalant, manque la cible (4e, puis 8e).

Cabaye et Digne font le boulot

Les Parisiens n’ont pas le temps de s’énerver. Lavezzi, transcendé par le jeu après une semaine marquée par le décès tragique de son oncle, ouvre le score d’une reprise sèche, qui trompe Penneteau sans fioriture (1-0, 19e). Les Nordistes, bien en jambes mais inoffensifs, peuvent apprécier la précision des passes de Cabaye, aligné d’entrée pour la première fois sous la tunique parisienne. Ils auront aussi constaté l’application de Lucas Digne, omniprésent côté droit, et remarqué que Jérémy Menez, décidemment, n’est plus dans son assiette.

Bercée par une ambiance toujours mollassonne, la séance de préparation se poursuit au retour des vestiaires. Et quand le rythme chancelle, deux buts coup sur coup, aussi faciles qu’impitoyables (demi-volée de Zlatan puis Kagelmacher csc) concrétisent la domination des locaux (49e et 51e). La fin de match file en en pente douce. Les visiteurs peuvent retourner à leurs préoccupations habituelles : le maintien. Les Parisiens, eux, reprennent leur train-train de VIP : gérer les désormais huit points d’avance sur Monaco, et poursuivre, au Camp des Loges cette fois, la préparation du match de mardi, sur le terrain du Bayer Leverkusen.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter