LIGUE 1 – Patrice Garande : "On a la folie de se dire qu'on peut battre le PSG"

LIGUE 1 – Patrice Garande : "On a la folie de se dire qu'on peut battre le PSG"

DirectLCI
INTERVIEW – Samedi après-midi (17 heures), Caen tentera de devenir la première équipe française à faire tomber le Paris Saint-Germain cette saison. Patrice Garande, l'entraîneur de la formation normande, s'est livré à metronews avant le dernier match de l'année 2015.

Patrice Garande, le coach de l'étonnante équipe de Caen, 4e de Ligue 1, estime son groupe capable de créer l'exploit face aux Parisiens. Pourtant, il reconnaît que la tâche sera aussi très complexe face à cette équipe qu'il considère comme l'une des meilleures en Europe. Et pour cause, sa dernière – et seule défaite – de la saison remonte au 3 novembre dernier... sur la pelouse du Real Madrid.  

Aborde-t-on un match avec davantage de décontraction qu'à l'accoutumée quand on termine sa première partie de saison par la réception du Paris Saint-Germain ?

Sans pression et en décontraction, peut-être pas ! (rires) On aborde ce match avec l'esprit libre car les joueurs ont fait une première partie de saison fantastique où l'on possède déjà 30 points, on a un certain confort mental. Pour avoir une chance de pouvoir faire ce que personne n'a réussi à faire, c’est-à-dire les battre, il faut déjà penser que c'est possible !

Justement, sentez-vous vos joueurs capables de réaliser l'exploit ?
Oui ! Tous les jours depuis le début de la semaine on a la folie de se dire qu'on peut le faire. Après, une fois qu'on a dit ça... On sait qu'on aura une des meilleures équipes d'Europe face à nous. Les joueurs sont monstrueux, fantastiques, il y a de la qualité partout. Mais dans le football, ce n'est pas toujours le plus fort qui l'emporte. On va jouer sans déroger à nos principes, tout en sachant que ça sera compliqué. Plutôt de penser qu'on n'a rien à perdre contre le PSG, on va essayer de se projeter plutôt sur ce qu'on a à gagner !

EN SAVOIR + >> L1 : classement, scores en direct, c'est par là 

Avez-vous ressenti une certaine excitation au sein de votre groupe dans la préparation de ce match ?
Je ne sais pas s'ils sont excités. J'ai plutôt ressenti de la concentration, de l'investissement et de l'envie. Quand on fait des semaines d'entraînement de qualité, il faut parfois freiner les joueurs et leur dire que le match face au PSG n'est pas aujourd'hui. Mais c'est plutôt positif.

"Thiago Motta, c'est un chirurgien, en une passe, il vous opère l'équipe"

Caen est l'équipe qui possède le moins souvent le ballon en L1 (42%), le PSG est celle qui le conserve le plus (63%). Considérez-vous que vous avez le jeu susceptible de faire déjouer le PSG ?
Face au PSG, on sait que la balance sera déséquilibrée dans ce domaine (rires). Une chose est sûre, il faut tout d'abord bien défendre, mais si on ne fait que ça, on sera puni. Dans l'utilisation du ballon, il faudra être performant et efficace, et dans le match, on aura des possibilités. On n'a pas la prétention de prendre le ballon et de le rendre à la 90e, contrairement au PSG ! Si on prend l'exemple d'Angers, ils ont fait un très bon match, ils ont eu certaines opportunités en contre. Mais on doit rester fidèle à notre philosophie, notre système... Et on doit jouer tous les coups à fond, on ne doit pas les regarder, on ne doit pas être inhibés.

Le stade d'Ornano sera à guichets fermés samedi après-midi, comptez-vous sur l'appui du public pour mettre le PSG sous pression ?
C'est vraiment un élément important. Depuis le début de la saison, les supporters ont été fantastiques. J'aimerais que ce soit chaud bouillant, un petit chaudron. Il faut une odeur, une atmosphère positive et que les gens se disent :  "Nos joueurs vont le faire !"

Il est toujours difficile de ressortir un joueur de l'effectif du PSG, mais est-ce que l'un d'entre eux vous étonne vraiment depuis le début de saison ?
Franchement ? Tous (rires) ! On va les prendre un par un : Di Maria est une machine à délivrer des caviars, Ibra... c'est Ibra. Il ne lui en faut pas 36 pour en mettre une dedans, Cavani est un joueur dont j'adore la générosité. Thiago Motta est un chirurgien, en une passe, il vous opère l'équipe, Verratti, c'est un petit génie... (Il souffle). Je ne vais pas vous décrire la charnière centrale... Aurier est sur une autre planète, il a franchi un palier, c'est un truc de fou ! Kurzawa percute, prend la profondeur, Maxwell préfère avoir le ballon dans les pieds, il sort des centres millimétrés... Je n'ai même pas parlé de ça à mes joueurs, sinon ils vont me dire : "Coach, on part en vacances, on n'y va pas".

"Il y a des liens très forts sur le plan humain"

Il y a tout juste un an, vous étiez dernier de L1, un an plus tard vous trustez le haut du classement. Quel regard portez-vous sur votre année 2015 exceptionnelle ?
Si on est là aujourd'hui, ce n'est pas un hasard, on a bossé pour ça. On ne peut pas mettre ça sur le compte de la chance quand ça dure depuis un an. Si on est 4e de Ligue 1 (à un point d'Angers, 2e derrière le PSG, ndlr),  c'est aussi parce que certains clubs ont flanché, c'est vrai. Mais la difficulté, c'est d'y rester, et j'insiste sur le fait de ne pas changer et de se souvenir d'où l'on vient. Je parle toujours aux joueurs du comportement et de l'attitude que l'on doit avoir.

Vous aviez mis en avant les ressources mentales de vos joueurs après le match face à Rennes, ce fut déjà le cas contre l'AS Monaco, comment expliquer cette manière de ne jamais rien lâcher ?
Je pense qu'il faut avoir cette capacité à se surpasser dans les moments compliqués. On a un vécu ensemble, on a souffert l'année dernière pour les raisons que l'on connaît tous. La saison passée a permis de créer des liens très forts entre eux, au-delà même de la complémentarité manifestée sur le terrain, il y a des liens très forts sur le plan humain. Tout cela permet de trouver ce petit supplément d'âme que d'autres non pas.

A LIRE AUSSI >> Sirigu "gêné" par le soutien du public du Parc des Princes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter