Report de Lens-PSG, suspicions de Covid à l'OM... c'est (déjà) la zizanie en Ligue 1

André Villas-Boas, l'entraîneur de l'OM, masqué au centre Robert Louis-Dreyfus.

FOOT(OIR) - Une semaine après son retour, le championnat de France est déjà dans le dur. Les reports se multiplient, les cas de coronavirus aussi. Aucune des deux premières journées de L1 ne se jouera normalement.

À peine revenue, la Ligue 1 couve déjà une crise. Cinq mois après avoir vu sa saison 2019-2020 interrompue définitivement le 30 avril dernier, les équipes du championnat de France ont rechaussé les crampons le week-end dernier. Du moins, en partie. La première journée, déjà raccourcie après les reports de Metz-PSG et Montpellier-Lyon, pour cause de Ligue des champions, avait aussi été amputée de son choc d'ouverture OM-ASSE. Reporté au 17 septembre, après la découverte de quatre cas de coronavirus dans l'effectif marseillais, l'affiche avait été remplacée au pied levé par un triste Bordeaux-Nantes (0-0). 

Et, pour la suite, ce n'est pas près de s'arranger. Alors que l'on attendait la reprise du PSG, six jours après sa défaite contre le Bayern (1-0) en finale de la Ligue des champions, le club de la capitale sera encore aux abonnés absents ce week-end. Les Parisiens ont obtenu le report au 10 septembre de leur match de reprise, prévu ce samedi (à 21h) à Bollaert. Une décision prise "en accord" avec les Sang et Or et le diffuseur Canal+, a précisé la LFP ce mardi 25 août. Rentrés seulement lundi de Lisbonne, les champions de France avaient justifié leur demande en expliquant manquer de temps pour se préparer correctement.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Un report qui fait enrager jusqu'à la mairie de Lens. "Le PSG a perdu la finale de la Ligue des champions et à défaut de parader pour sa prochaine rencontre de championnat, souhaite le report du match face au Racing Club de Lens pour récupérer physiquement... Comment expliquer aux supporters sang et or qu'ils devront se déplacer en semaine pour supporter leur équipe parce que le PSG frustré par sa défaite sollicite un report du match ? Les supporters expliqueront sans doute à leur entreprise qu'il faut décaler leur journée de travail du 11 septembre pour récupérer du match... Pas certain que ça ait le même effet !", a dénoncé le maire PS Sylvain Robert dans un communiqué saignant, évoquant au passage "les conséquences sur la mobilisation des forces de l'ordre et des services municipaux". "Soyons sérieux, on joue la Ligue 1 Uber Eat, pas la Ligue 1 PSG !"

Les Parisiens, fatigués psychologiquement, bénéficieront donc de repos supplémentaire. De quoi leur permettre de digérer la finale perdue. Mais ce report ne sera pas sans conséquence. Ils devront s'attendre à une rentrée chargée. En effet, le déplacement à Bollaert (le 10 septembre) s'intercalera entre France-Croatie (le 8), qui devrait a minima impliquer Kylian Mbappé et Presnel Kimpembe, et le "Classico" contre l'Olympique de Marseille au Parc des Princes (le 13).

La menace du Covid toujours d'actualité

Mais le PSG pourrait ne pas être le seul à connaître un mois de septembre chargé. Déjà privé de son match d'ouverture contre Saint-Étienne, l'OM, confronté à trois nouvelles suspicions de Covid-19, n'est pas certain d'affronter Brest dimanche (21h). Le club olympien, où cinq cas avérés ont déjà été relevés, "a contacté ce jour la commission LFP prévue à cet effet", qui devra statuer sur la tenue ou non du match. Selon la Commission Covid de la Ligue, le virus est considéré comme "circulant" dans un club dès le moment où une équipe a "plus de trois joueurs (donc à partir de quatre) ou encadrants isolés sur huit jours glissants". Cette limite avait été franchie au sein de l'effectif marseillais, ce qui a conduit au report sa 1ère journée contre les Verts.

Une incertitude qui touche plusieurs autres équipes. Le match Rennes-Montpellier, programmé samedi (17h), voit sa tenue être menacée. Le club breton a révélé ce mardi trois nouvelles infections, après un premier cas en fin de semaine dernière. "On est dans une situation particulière, une situation d'attente. Pour l'instant, le match a lieu", a indiqué sur Téléfoot le président Nicolas Holvaeck. "Mais la situation peut évoluer au cours de la semaine." De quoi craindre encore des reports en cascade.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

SONDAGE EXCLUSIF : Forte percée de Valérie Pécresse, Emmanuel Macron toujours en tête

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary-sur-Mer : deux personnes extraites des décombres, l'une d'elles inconsciente

Le Covid, une simple bactérie ? Les autorités de Singapour démentent avoir dévoilé un "canular mondial"

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 12.000 patients à l'hôpital, près de 2200 en réanimation

Covid-19 : protocole renforcé à l'école, fermetures des discothèques... Le point sur les nouvelles mesures sanitaires

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.