RB Leipzig-PSG : Tuchel, l'homme à qui Nagelsmann doit beaucoup

Thomas Tuchel a eu sous ses ordres Julian Nagelsmann au sein de l'équipe réserve d'Augsbourg.

RETROUVAILLES - La demi-finale de Ligue des champions entre le RB Leipzig et le PSG, ce mardi 18 août à Lisbonne, aura une saveur particulière pour les deux coaches. Julian Nagelsmann retrouvera Thomas Tuchel, son coach lorsqu'il évoluait à Augsbourg et celui qui lui a ouvert les portes du métier d'entraîneur.

Il y a un peu de Thomas Tuchel en Julian Nagelsmann. Affirmer le contraire serait méconnaître l'histoire qui les lie. Et finalement, lorsqu'on y regarde de plus près, on se demande comment il pourrait en être autrement. Grand admirateur de Pep Guardiola, son "modèle" dont il a calqué les grands principes de jeu pour les transposer à merveille en Allemagne, l'entraîneur du RB Leipzig a été l'élève, fut un temps, de son compatriote allemand. C'est au contact du coach du PSG, qu'il retrouvera en demi-finale de la Ligue des champions ce mardi 18 août (à 21h, en live commenté sur LCI), qu'il a appris le métier. 

On rembobine. Nous sommes en 2007. Nagelsmann a tout juste 21 ans. Il évolue dans l'équipe réserve d'Augsbourg, avec l'ambition un jour de jouer en professionnel. Mais son rêve s'évanouit du jour au lendemain. Après une deuxième opération du ménisque, son cartilage étant touché selon le médecin, le jeune défenseur central doit se résoudre à mettre un terme à sa carrière pour éviter une arthrose. Dans un premier temps, il ne veut "plus entendre parler de football" après sa retraite sportive forcée. Mais Thomas Tuchel, son entraîneur d'alors, parvient à lui faire entendre raison. L'Allemand, lui aussi obligé de faire une croix sur le football quelques années plus tôt après une blessure chronique au genou, le prend sous son aile. 

Toute l'info sur

Le "Final 8" de la Ligue des champions

Lire aussi

Il a commencé à apprendre avec Thomas Tuchel- Matthias Kaltenbach, l'adjoint de Nagelsmann à Hoffenheim

"Il a commencé à apprendre avec son coach d'alors, Thomas Tuchel", a raconté en mai dernier à France Football Matthias Kaltenbach, l'adjoint de Julian Nagelsmann à Hoffenheim. Envoûté par sa vision du football, avec un pressing très haut et un jeu de transitions ultra-rapides, "TT" décèle chez ce gaillard à la stature imposante (1,90 m) un potentiel. Ce petit truc en plus qui fait la différence. Il lui confie le soin d'analyser le jeu des adversaires avant de le prendre comme assistant. "C'est quelqu'un de très exigeant qui ne laisse rien au hasard. C'est un perfectionniste", dira quelques années plus tard dans le magazine Socrates l'ancien défenseur au sujet de son mentor, qu'il qualifiera d'entraîneur "épuisant". "Il a contribué à mon choix", reconnaîtra tout de même le natif de Landsberg am Lech. "Je suis reconnaissant à Tuchel de m'avoir donné l'idée de devenir entraîneur."

Après une saison commune à Augsbourg, leurs chemins se séparent. Passé par Mayence entre 2009 et 2014, le futur entraîneur du PSG rejoint à l'été 2015 le Borussia Dortmund, succédant à Jürgen Klopp. Dans le même temps, Julian Nagelsmann prend son envol. Il est nommé entraîneur des moins de 19 ans d'Hoffenheim. Mais, en cours de saison, le coach de l'équipe première démissionne. Appelé à la rescousse, l'Allemand devient, à 28 ans, le plus jeune entraîneur de l'histoire de la Bundesliga. 

Clin d'œil du destin : deux semaines plus tard, dès son troisième match, Nagelsmann retrouve "TT" sur le banc d'en face. Lors de cette saison, il se mesure à trois reprises à celui qui fut son mentor. "J'ai souvent joué contre lui mais j'ai rarement gagné", a-t-il reconnu au micro de RMC Sport, après la qualification du RB Leipzig pour la première demi-finale de Ligue des champions de son histoire. En trois confrontations, il n'a même jamais gagné face à Tuchel, avec un bilan de deux défaites et un nul.

J'ai hâte, je suis très heureux de le voir- Julian Nagelsmann, l'entraîneur du RB Leipzig

Julian Nagelsmann n'aura même pas le droit à sa revanche. Licencié le 30 mai 2017 pour des différends irréconciliables avec sa direction, malgré un pourcentage de victoire de 63% ce qui fait de lui le meilleur entraîneur de l'histoire du Borussia Dortmund, Thomas Tuchel prend une année sabbatique. En face, son disciple continue lui d'enchanter le football allemand. Dès sa première année, il envoie Hoffenheim pour la première fois en barrages de la Ligue des champions. La saison suivante, il fait encore mieux. Son équipe se classe 3e du championnat et se qualifie directement pour la phase de poules de la C1. 

Mais l'histoire est ainsi faite que Tuchel et Nagelsmann étaient faits pour se retrouver. Encore une fois. À l'été 2018, le premier débarque au PSG pour remplacer Unai Emery, en fin de contrat. Son compatriote, qui s'est émancipé, rejoint le galaxie Red Bull en signant à Leipzig, à qui il doit permettre franchir un palier. Deux ans plus tard, les deux entraîneurs ont rempli leur contrat. Thomas Tuchel a qualifié Paris pour sa première demie de Ligue des champions depuis 1995. Julian Nagelsmann, qui a fêté ses 33 ans le 23 juillet dernier, est devenu le plus jeune coach de l'histoire à atteindre le dernier carré de la C1.

Et, bien évidemment, comme un signe, cette demi-finale de Coupe d'Europe, la plus grande réussite de leur carrière jusqu'ici, les opposera l'un à l'autre. "J'ai hâte", a réagi, avec le sourire, l'entraîneur du RB Leipzig au micro de RMC Sport. "J'étais très excité quand on a joué l'un contre l'autre en Bundesliga. C'est un super entraîneur. Je suis très heureux de le voir, c'est un gars sympa et un très bon entraîneur. Mais j'espère qu'à la fin, je vais l'emporter." Voilà le maître Tuchel prévenu.

Sur le même sujet

Lire et commenter