PSG-Manchester United : erreurs individuelles, VAR, faillite mentale... comment Paris s'est sabordé

Football
DirectLCI
FIASCO - Comme il y a deux ans à Barcelone, le PSG a dit adieu à la Ligue des champions. Les Parisiens, pourtant bien engagés après leur victoire à l'aller (0-2), se sont décomposés mercredi soir face à Manchester United (1-3) en huitième de finale de la Ligue des champions. Une élimination à la fois surprise et cruelle.

Le PSG a coulé. Une fois de plus. Dans l'histoire de la Ligue des champions, jamais une équipe qui l'avait emporté 0-2 à l'extérieur au match aller ne s'était fait éliminer au retour. Pourtant, deux ans après avoir vécu le traumatisme de Barcelone (4-0, 1-6), Paris a réalisé "l'exploit" de marquer une nouvelle fois l'histoire de la prestigieuse Coupe d'Europe. À sa manière. Pour la troisième année consécutive, le club parisien a été éliminé aux portes des quarts de finale après un scénario rocambolesque. Vainqueurs 2-0 en Angleterre, les Parisiens se sont inclinés (1-3) sur deux "cadeaux" et un penalty accordé grâce au VAR. 


Face à un Manchester United appauvri et sans grandes ambitions (dix joueurs majeurs, dont Paul Pogba, suspendu, manquaient à l'appel au coup d'envoi), l'impensable s'est encore produit. Au Parc des Princes, le PSG avait pourtant 97% de chances de se qualifier pour le tour suivant et n'avait qu'à finir le travail commencé à Old Trafford. Il s'est finalement sabordé. 

La faillite des individualités

Comment les Parisiens ont-il pu en arriver là ? "C'est facile à expliquer. On a fait deux cadeaux. À ce niveau, deux cadeaux en première mi-temps...", a déclaré Thomas Tuchel au micro de RMC Sport après l'élimination de son équipe. Autrement dit, le PSG s'y est mis dedans tout seul. Auteur d'une seule frappe cadrée à l'aller (0-2), MU n'a guère été plus dangereux sur la pelouse du Parc des Princes. Avec cinq tirs, dont quatre cadrés, les Mancuniens ont toutefois réussi à faire trembler trois fois les filets parisiens. Leur qualification, les protégés d'Ole Gunnar Solskjaer la doivent notamment à deux erreurs de Thilo Kehrer et Gianluigi Buffon, deux grosses boulettes dans la première demi-heure, bien exploitées par le remuant Lukaku. 


Le Belge a intercepté une mauvaise passe en retrait de Kehrer pour Thiago Silva, a dribblé le gardien italien avant de tacler le ballon dans le but vide (0-1, 2e). Alors que l'on croyait le PSG reparti de l'avant après l'égalisation de Bernat (1-1, 12e), les individualités ont de nouveau failli. "On a totalement contrôlé le match pendant les 30 premières minutes. Et là, sans occasion, sans rien, il y a ce deuxième but de Manchester. Et là, c'est comme si tout le monde se disait : 'Ils ont deux buts alors qu'ils n'attaquent pas", a analysé l'entraîneur parisien, dépité. Et c'est Buffon, recruté justement cet été pour apporter l'expérience et la sérénité qui manquaient au PSG dans les grands rendez-vous, qui a craqué sur une frappe vicieuse de Rashford, relâché dans les pieds de Romelu Lukaku (1-2, 30e). MU n'en demandait pas tant.

Le VAR fatal au PSG

Il y a deux ans, les Parisiens réclamaient l'arbitrage vidéo après avoir subi la "remontada" face au Barça au Camp Nou. Les Parisiens avaient dénoncé plusieurs faits d'arbitrage qui leur avaient été préjudiciables, selon eux. Mercredi, le PSG est devenu la première victime du VAR en Ligue des champions, alors qu'il n'a été introduit qu'au stade des huitièmes de finale.


Mené 2-1 pendant près d'une heure, le PSG a plié à la dernière minute sur une main de Presnel Kimpembe dans la surface de réparation. Damir Skomina, l'arbitre de la rencontre, a fait appel au VAR après avoir, dans un premier temps, donné corner aux Mancuniens. Alerté par l'arbitre vidéo, il est allé se faire son propre avis. Après avoir longtemps visionné l'écran qui lui était dédié, le Slovène a accordé un penalty aux Mancuniens, surpris. Y avait-il faute de Kimpembe ?  Non, selon Neymar. "C'est une honte ! Vous mettez quatre mecs qui pigent rien au foot et qui regardent des ralentis sur une télé. Ce n'est pas possible ! Comment voulez-vous que Kimpembe mette ses mains dans le dos ? Allez vous faire f....e", a-t-il écrit, furieux, sur sa story Instagram. Penalty ou pas penalty ? Le débat fait rage depuis mercredi soir. 

Un naufrage mental

Mais cette élimination est d'autant plus impardonnable que le PSG a craqué mentalement, une nouvelle fois. Pourtant favori après un match aller maîtrisé, Paris s'est embarqué dans un scénario complètement fou. "C'est inadmissible un scénario comme ça", a analysé lucidement Marquinhos. Perdre 3-1 à la maison, devant nos supporters, nos familles... Après le match qu'on a fait à Manchester là-bas, l'engagement qu'on a mis là-bas... Le discours a été bon avant le match, la préparation a été bonne. Mais c'est inadmissible de rentrer dans un match de haut niveau comme ça." Car, au-delà d'avoir été maladroit ou malchanceux, le PSG est retombé dans ses travers. On pensait les Parisiens vaccinés, on s'est trompés. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter