RB Leipzig-PSG : Nkunku, le "Titi" qui a fait son nid loin de Paris

Christopher Nkunku va retrouver le PSG, son club formateur en demi-finale de Ligue des champions.

REVANCHE ? - Parti l'été dernier du PSG, par manque de temps de jeu, Christopher Nkunku va disputer un match comme pas les autres. Le milieu du RB Leipzig va retrouver son club formateur en demi-finale de la Ligue des champions ce mardi 18 août. Avec l'envie de montrer qu'il avait les qualités pour s'imposer à Paris.

Ils y ont été formés, ils y ont joué en jeunes, ils y ont parfois commencé leur carrière. Mais, pour s'imposer au PSG, ils doivent être au niveau des joueurs en place, si ce n'est meilleur. Eux, ce sont les "Titis", le surnom donné aux enfants du club parisien. Depuis 2011, et l'arrivée des Qataris, Paris a changé de dimension. Voyant qu'ils ne pourraient pas faire leur trou, aux côtés des Thiago Silva, Zlatan Ibrahimovic, Neymar et autre Kylian Mbappé, la plupart se sont fait une raison. Ils ont ainsi fait le choix de l'exil. Pas seulement partir à tout prix, non. Mais partir pour trouver du temps de jeu, partir pour se donner une chance. 

Quitter le PSG, c'est l'évidence qui s'est imposée à Christopher Nkunku. C'était il y a un an. "Le discours du club, chaque été, a toujours été positif me concernant. Les actes n'ont pas suivi. Peut-être que ce n'était pas le bon moment", expliquait-il à L'Équipe en décembre dernier. "Je me suis donné toutes les chances d'y arriver à Paris. J'ai été patient. Ça m'a fait avancer. Aujourd'hui, ça ne sert à rien de me poser 10.000 questions sur pourquoi ça ne l'a pas fait." Bouché par une concurrence féroce à son poste, et faute de considération, le natif de Lagny-sur-Marne (78 matches, 11 buts) a choisi de tenter l'aventure ailleurs. 

Toute l'info sur

Le "Final 8" de la Ligue des champions

Lire aussi

Et c'est en Allemagne, à Leipzig, où il a retrouvé Jean-Kévin Augustin, un autre "Titi" exilé, qu'il a posé ses valises après une dernière sortie avec le PSG... et un tir au but manqué en finale de la Coupe de France perdue contre Rennes (2-2, 6 t.a.b à 5). Arrivé sur la pointe des pieds, l'irrégulier milieu de 22 ans a explosé. L'ancien pensionnaire de l'INF Clairefontaine, recruté pour 13 millions d'euros, a bouclé sa première saison avec un bilan de 5 buts et 15 passes décisives en 32 matches de Bundesliga. "J'ai retrouvé le plaisir de jouer, le plaisir d'avoir des responsabilités et le plaisir de me sentir concerné. C'est surtout ça qui m'a changé du PSG !", confiait-il en mars au micro de RMC Sport, en marge d'un match de C1 contre Tottenham. 

Dans sa classe d'âge, il est dans le top européen- Julian Nagelsmann, entraîneur du RB Leipzig

Métamorphosé, comme libéré du poids de ses quatre saisons mitigées à Paris, le jeune Français qui a fait ses débuts en professionnel à l'âge de 17 ans s'est affirmé comme l'un des meilleurs joueurs du championnat d'Allemagne. "Dans sa classe d'âge, il est dans le top européen", a décrypté son coach Julian Nagelsmann, en arrivant à Lisbonne pour disputer le "Final 8" de la Ligue des champions. "C'est un joueur très mobile dans les petits espaces, très technique, dynamique, physique, avec un tir exceptionnel. Il faut juste qu'il continue ce qu'il a fait en championnat et qu'il joue l'esprit libre. (...) Il lui arrive encore souvent de faire une très bonne passe en profondeur puis de regarder, au lieu de suivre pour aller lui-même marquer un but".

Mais Christopher Nkunku n'a pas fait que séduire son entraîneur qui, ironie de l'histoire, a fait ses débuts dans le métier au coté de Thomas Tuchel, celui qui ne lui a jamais donné sa chance à Paris. Toute l'Allemagne est sous son charme. "Ce garçon de 22 ans doit et va devenir la prochaine star du RB, et la moitié de l'Europe se battra pour l'engager d'ici un an ou deux", écrit le site NTV.de à son sujet. "Il est le meilleur footballeur de Leipzig depuis Naby Keita", transféré à Liverpool en 2018 pour la somme colossale de 65 millions d'euros. On comprend mieux pourquoi il a été choisi par le club allemand, après le départ de Timo Werner du côté de Chelsea, pour figurer sur les affiches en 4 par 3, disséminées dans les rues de la capitale portugaise.

Au centre de l'attention, Nkunku y est par la force des choses. Demi-finaliste de la C1 avec Leipzig, après la qualification arrachée contre l'Atlético de Madrid (2-1), il va retrouver le PSG, son club formateur, ce mardi 18 août (à 21h, en live commenté sur LCI), pour une place en finale. À défaut de balayer ses regrets, comme celui d'être un jour le capitaine du PSG par exemple, il pourra montrer à ses anciens coéquipiers, et à son ami Presnel Kimpembe, tout le chemin qu'il a parcouru depuis un an. Et ainsi prouver, que si on lui avait donné sa chance, il aurait pu, comme il l'a exprimé dans France Football, être "capable de jouer un vrai rôle à Paris". Face aux Parisiens, il aura à cœur de marquer les esprits. Peut-être en inscrivant un but. Ce qu'il n'a jamais fait auparavant dans sa carrière en Ligue des champions. C'est vrai que l'occasion serait trop belle pour la rater. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Terrasses, commerces, cinémas, mariages… les conditions des réouvertures à partir du 19 mai

Covid-19 : le variant découvert en Inde classé comme "préoccupant" par l'OMS

Vaccination : adultes non prioritaires, on vous explique comment prendre rendez-vous dès à présent

EN DIRECT - Deux Israéliennes tuées dans des tirs de roquettes depuis Gaza

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.