RB Leipzig-PSG : Di Maria, un ange est passé par là

La joie d'Angel Di Maria et Neymar après le but de l'Argentin contre Leipzig en demi-finale de la Ligue des champions.
Football

RÉCITAL - Avec un but et deux passes décisives mardi soir contre Leipzig (3-0), Angel Di Maria a propulsé le PSG en finale de la Ligue des champions. Un retour remarqué et remarquable, au moment où Paris en avait besoin.

On l'avait laissé, fou de joie, dévalant la tribune avec Marco Verratti, après la victoire contre l'Atalanta Bergame (2-1) en quarts. Suspendu, son absence avait été occultée par Kylian Mbappé, au centre de toutes les attentions. Six jours plus tard, Angel Di Maria a, à son tour, complètement éclipsé son partenaire. De retour dans le onze parisien, il a montré qu'il y avait un PSG avec et sans lui en Ligue des champions. L'Argentin, souvent décisif dans les grands rendez-vous européens, a mené mardi soir le club de la capitale vers la première finale de son histoire, avec un but et deux passes décisives face à Leipzig (3-0).

Dans son jardin lisboète, le stade de la Luz, antre de Benfica, club qu'il l'a vu éclore en Europe lors de la précédente décennie, Di Maria a récité son football. Certains supporters du PSG iront même jusqu'à comparer sa performance avec sa démonstration de force contre le Barça (4-0), lors de la saison 2016-2017, en huitième de finale aller de la Ligue des champions. Et comme face aux Catalans, c'est sur un coup franc, phase de jeu qu'il affectionne tout particulièrement, qu'il a mis les premières notes à sa partition. À la 13e minute, l'ailier de 32 ans, excentré sur la gauche de la surface, a délivré un centre parfait sur le tête de Marquinhos, qui a fendu le ciel de Lisbonne, pour ouvrir le score (1-0) et montrer la voie à Paris. 

Lire aussi

Omniprésent et propre dans le jeu (10 ballons perdus), l'ancien de Rosario Central, vainqueur sur cette même pelouse de sa dernière "Coupe aux grandes oreilles" avec le Real Madrid en 2014, la fameuse "Decima", ne s'est pas arrêté en si bon chemin. Il s'est chargé lui-même du break, en transformant l'offrande sublime de Neymar d'une talonnade en plein vol (42e, 2-0). Dans tous les bons coups, "El Fideo" a mis un point final à son oeuvre avec un nouveau caviar, un centre millimétré du pied gauche - encore et toujours -, qui a trouvé la tête de Juan Bernat, l'autre habitué des grandes soirées européennes du PSG (56e, 3-0). 

Il n'a pas perdu un seul ballon ce soir- Julian Nagelsmann, l'entraîneur du RB Leipzig

Sa sixième passe décisive de la saison en Ligue des champions, la 27e de sa carrière en C1, une de plus qu'un certain Andrés Iniesta, et à égalité avec une autre légende, Ryan Giggs. Depuis ses débuts dans la compétition, seuls Cristiano Ronaldo (38 offrandes), son ancien coéquipier au Real Madrid, et Lionel Messi (33 caviars) font mieux que lui dans ce domaine. De quoi vous poser un joueur qui, fort de trois buts, signe - du point de vue des statistiques - sa meilleure campagne européenne.

Actif devant, il a été aussi disponible derrière. Très impliqué défensivement, avec quatre dégagements devant sa surface (meilleur total parisien derrière Kimpembe, 10, et Thiago Silva, 8), Di Maria a fait preuve d'un état d'esprit conquérant à la perte du ballon. Il a ainsi donné de l'air à Paris, avec ses sorties de balle en position basse. "Je pense qu'il n'a pas perdu un seul ballon ce soir", s'est éhabi face à la presse le coach de Leipzig Julian Nagelsmann, le plus jeune entraîneur de l'histoire à avoir joué une demie de C1, à seulement 33 ans. "La qualité individuelle des Parisiens est vraiment supérieure. Ils ont parfaitement défendu, avec concentration. On peut toujours mieux faire mais ça n'aurait peut-être pas été suffisant."

Toute l'info sur

Le "Final 8" de la Ligue des champions

Pour l'ensemble de son oeuvre, "El Fideo" a logiquement été élu "homme du match". Cela lui aurait bien valu une ovation à sa sortie (86e), si le huis clos ne l'avait pas privé de ce plaisir. À la place, il a eu droit aux accolades du staff parisien, et il s'en contentera. "Nous sommes très heureux. L'équipe a fait un grand travail, un grand match. Nous voulons faire l'historie du club et nous avons réussi. Nous sommes en finale, c'est très important", a-t-il analysé au micro de RMC Sport. "Si on continue comme aujourd'hui, cela peut nous aider (...) Peu importe l'adversaire, il va falloir récupérer mais on donnera le maximum". Une chose est sûre : si Di Maria reproduit ce genre de performance dimanche en finale, le PSG pourra vraiment "rêver plus grand".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Quels sont les 54 départements soumis au couvre-feu ?

EN DIRECT - Covid-19 : la France franchit le cap du million de cas depuis le début de l'épidémie

Coronavirus : "On ne parle pas d’une vague mais d’une marée haute qui risque de durer des mois"

Comment Bertrand-Kamal a quitté "Koh-Lanta : les 4 Terres" à la surprise générale

"Des femmes qui n'aiment pas les hommes" : les propos de Maïwenn sur les féministes ne passent pas

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent