Battre Manchester City, Lyon l'a déjà fait... et rêve de le refaire

Memphis Depay à la lutte avec Aymeric Laporte lors de la victoire lyonnaise à l'Etihad Stadium.
Football

DESTINÉE - Après avoir sorti la Juventus au tour précédent, l'OL va retrouver Manchester City en quarts de finale de la Ligue des champions, ce samedi 15 août à Lisbonne. À l'automne 2018, les Lyonnais alors emmenés par Bruno Genesio étaient restés invaincus face aux Citizens. Ils avaient même créé l'exploit en l'emportant là-bas.

C'était il y a un peu moins de deux ans. Le 19 septembre 2018, en phase de poules, l'OL avait fait sensation en renversant Manchester City à l'Etihad Stadium, là où aucun club français n'avait jamais gagné. Bien que dominés, les Gones de Bruno Genesio avaient réussi à bousculer les Citizens, champions d'Angleterre en titre, avec ces buts de Maxwel Cornet (26e) et Nabir Fekir (43e) avant la pause. Malgré un sursaut d'orgueil des coéquipiers de Kevin De Bruyne en deuxième période et la réduction du score de Bernardo Silva (67e), ce City trop peu tueur devant le but n'avait su déstabiliser le solide bloc rhodanien.

Au retour à Décines, le 27 novembre 2018, Lyon avait frôlé un nouvel exploit (2-2), menant par deux fois au score grâce à un doublé de Cornet, déjà buteur à l'aller, avant de se faire reprendre sur le tard. De cette double confrontation, Pep Guardiola, l'entraîneur des Skyblues, en garde le souvenir d'une équipe tenace et disciplinée. "La saison dernière, nous avons joué contre eux et nous avons perdu puis fait match nul", s'est-il remémoré. "Nous n'avons pas pu les battre, c'est ça la réalité." "Ce n'était pas facile", s'est souvenu le milieu portugais Bernardo Silva. "Cela montre à quel point c'est une équipe difficile à jouer. Non seulement Lyon, mais toutes les équipes françaises sont très physiques, très fortes et en un seul match, c'est imprévisible. (...) Ils ont éliminé la Juventus de la compétition et ce ne sera pas une tâche facile pour nous."

Lire aussi

Impératif de sortir de la posture de la victime- Bruno Genesio, l'ancien entraîneur de l'Olympique lyonnais

Car, deux ans après la prouesse de l'OL, l'heure des retrouvailles a sonné. Mais l'enjeu est d'un autre niveau. Après avoir arraché la qualification, contre la Juve (1-0, 1-2), pour ce "Final 8" inédit, c'est une place en demies de la C1 qui est au bout. Privés de compétitions européennes la saison prochaine, les protégés de Rudi Garcia savent que, pour revoir l'Europe, cela passe impérativement par une victoire contre City, ce samedi 15 août (à 21h, en live commenté sur LCI). "C'est notre dernière chance de nous qualifier pour une coupe d'Europe", a indiqué Karl Toko-Ekambi. "On joue notre saison sur ce match".

Les Lyonnais peuvent-il rééditer l'exploit ? "Il faut qu'ils y croient", a assuré récemment à L'Équipe Bruno Genesio, l'architecte de la victoire décrochée à l'Etihad Stadium. "Les joueurs doivent se servir de notre victoire passée, car beaucoup d'entre eux ont participé à ce match, les Maxwel (Cornet), Memphis (Depay), Houssem (Aouar), "Antho" (Lopes), Marcelo, (Jason) Denayer... Ils l'ont fait. En plus, dans ce contexte à huis clos en match sec, l'équipe la moins forte est avantagée." Fort de son expérience, le coach qui office aujourd'hui au Beijing Guoan, en Chine, a donné un conseil à son ancienne équipe. "Notre idée première dans la préparation : éviter de se résoudre à la défaite ou se dire qu'on allait limiter la casse. Nous devions jouer notre chance à fond", a-t-il expliqué. "C'était impératif de sortir de la posture de la victime."

Une demie à la clé, comme en 2010 ?

Face à cette équipe qui vient de sortir le Real Madrid (2-1, 2-1), la première à faire chuter l'entraîneur Zinedine Zidane en Ligue des champions, l'Olympique lyonnais devra donc jouer crânement sa chance. Défensivement d'abord, en affichant un état d'esprit irréprochable et une solidarité à toute épreuve pour résister à la force de frappe gargantuesque de Citizens (102 buts en Premier League cette saison, soit 2,7 buts de moyenne par match). Solides contre le PSG en Coupe de la Ligue (0-0, 6 t.a.b à 5) puis face à la Vieille Dame lors du huitième retour à Turin (malgré la défaite 2-1), les Gones devront s'appuyer sur leur assise défensive retrouvée et leur milieu à trois pour contenir au mieux les vagues offensives anglaises. 

Toute l'info sur

Le "Final 8" de la Ligue des champions

Mais rien ne sert de défendre sans attaquer. Devant, les joueurs du président Aulas devront faire preuve de réalisme, ce qui leur a manqué contre la Juventus (zéro tir cadré, hormis le penalty transformé par Memphis Depay). "Il faudra être courageux, bien défendre mais surtout bien utiliser le ballon et tout faire faire pour marquer", a affirmé le coach Rudi Garcia. Ce n'est que comme ça que Lyon pourra continuer à rêver. Et rallier, au passage, la deuxième demi-finale de C1 de son histoire après 2010.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent