Ligue des champions : l'AC Milan veut honorer le maillot

Ligue des champions : l'AC Milan veut honorer le maillot

Football
DirectLCI
FOOTBALL - Dernier représentant italien en Ligue des champions, le Milan AC va devoir rattraper sa défaite du 8e de finale aller (1-0) face à l'Atlético Madrid, à qui le club lombard rend visite ce mardi. Mais face au dauphin du Real Madrid en championnat, les rossonerri n'ont que leur histoire et l'expérience à faire valoir.

C'est l'histoire d'une truite au bord de l'asphyxie qui remue encore la queue, certaine de pouvoir respirer à nouveau comme avant. Ce mardi soir, l'AC Milan joue son avenir européen sur la pelouse de Vicente-Calderon, où il doit remonter un retard d'un but, acquis à l'aller par l'Atlético Madrid en Lombardie (1-0) en 8e de finale de Ligue des champions. Une tâche qui s'apparente à la mission impossible mais les Milanais veulent y croire, leur coach appelant à se transcender pour faire honneur au maillot.

Voilà bientôt deux mois que Clarence Seedorf , ancien joueur du club et ex-international néerlandais, a posé ses calepins dans son bureau de Milan. Mais les résultats se font encore attendre et l'ACM, déjà englué dans le ventre mou de Serie A lors de sa venue, navigue toujours à plus de 10 points du quinté de tête. Et risque de ne pas revoir de compétition européenne avant un an au moins, si l'on en croit sa dynamique actuelle (4 victoires, 1 nul et 5 défaites toutes compétitions confondues depuis l'arrivée du nouvel entraîneur).

L'Atlético, le club qui monte

Alors plutôt que de s'appuyer sur un fond de jeu encore défaillant et pauvre en certitudes, le ''Professeur'' en appelle aux fantômes du passé. ''C'est vrai que cette année, Milan vit une saison particulière mais cette équipe a une grande histoire, lance-t-il. Nous pouvons encore écrire l'histoire. Nous devons être prêts à une dure bataille et honorer notre maillot et notre club.'' Plus concrètement, le quadruple vainqueur de l'épreuve (avec l'Ajax, le Real et le Milan, deux fois) tentera de transmettre son expérience à un groupe relativement jeune et en manque de confiance, afin de renverser la situation. Mais c'est bien le seul ressort sur lequel jouer.

Car les coéquipiers de Kaka ont sans doute laissé passer leur chance à l'aller où les occasions manquées ont été immédiatement sanctionnées par le réalisme madrilène, symbolisé par Diego Costa, néo-international espagnol buteur en fin de match à San Siro (83e). Deuxième de Liga (à 3 pts du Real mais devant Barcelone), seulement battu par le voisin madrilène à Vicente-Calderon, l'Atlético a tout du club qui monte pour les années à venir, porté par un jeu de contre fluide et technique prôné par l'entraîneur Diego Simeone.

L'ancien Interiste, trop malin pour tomber dans la facilité, a emboîté le pas de son homologue néerlandais. ''Milan est une très grande institution du football, habituée à jouer cette compétition'', a-t-il déclaré. Un moyen de rappeler que ''tout reste ouvert'', comme le soulève Seedorf. Mais on a du mal à les croire.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter