Barça-Lyon : comment l'OL peut faire tomber Barcelone au Camp Nou

Football
DirectLCI
CANDIDE - Après son 0-0 à l'aller, l'OL est en quête d'un exploit sur la pelouse du Barça, ce mercredi (à 21h) en huitième de finale retour de la Ligue des champions. Pour y parvenir, les Lyonnais peuvent s'appuyer sur le score nul obtenu à Décines le 19 février dernier et sur le retour de suspension de leur capitaine Nabil Fekir.

Lyon peut-il le faire ? Dans l'histoire de toutes les Coupes d'Europe, seulement un tiers des équipes (32%) ayant concédé un 0-0 à domicile à 'aller s'est qualifié pour le tour suivant. Pourtant, trois semaines après avoir tenu tête au Barça, l'équipe de Bruno Genesio est en droit de rêver aux quarts de finale, stade de la compétition que l'OL n'a plus atteint depuis qu'il a terrassé le Real Madrid en 2010. Pour retrouver le grand huit européen, les Lyonnais n'ont d'autres choix que de bousculer Barcelone, ultra-favori, sur sa pelouse du Camp Nou, mercredi 13 mars (à 21h), en huitième de finale retour de la Ligue des champions.


Bien que l'histoire ne prête pas à l'optimisme, d'autant plus face à une équipe qui reste sur une série de 29 matches sans défaite en Ligue des champions à domicile (26 victoire, 3 nuls), Lyon a de vraies raisons d'y croire. Le résultat nul obtenu le 19 février et le retour de suspension de Nabil Fekir nourrissent l'espoir d'un exploit historique chez l'ogre barcelonais.

Se mettre au niveau de l'événement

Avant le huitième de finale aller de C1 à Décines, Sonny Anderson confiait à LCI que tout était possible avec les Lyonnais, à condition qu'ils fassent preuve d'un état d'esprit irréprochable. "Lyon est en mesure de se qualifier", nous expliquait l'artificier en chef de l'Olympique lyonnais au début des années 2000. "Depuis le début de la saison, je vois Lyon se mettre au haut niveau de l'équipe qui est en face. Des fois, c'est bon. Parfois, ça l'est beaucoup moins. Mais on a bien vu que l'OL est capable d'élever son niveau dans ce genre de rencontres. L'équipe lyonnaise doit s'inspirer de ce qu'elle a réalisé auparavant. (...) Ça ne passera que comme ça." 


Capable de renverser Manchester City (1-2) un jour et de s'incliner à Monaco (2-0) le lendemain, l'OL est une équipe imprévisible. Il faut toutefois lui reconnaître qu'elle répond toujours présente dans les grands-rendez-vous, dernier exemple en date contre le PSG (2-1) en février. Si elle est dans un bon jour, l'équipe de Bruno Genesio a le talent pour rivaliser avec le Barça. A minima, venir l'embêter. "On sait qu'on est capables de faire un exploit parce qu'on l'a déjà fait. On doit aborder ce match avec beaucoup d'humilité, mais aussi beaucoup de confiance en nous. Il faut tout donner, montrer qu'on est à notre place en jouant la qualification ici à Barcelone", a lancé le coach rhodanien avant le choc. "Le terrain n'est pas plus grand ici qu'à Lyon, Guingamp, Marseille ou Saint-Étienne. Il faut s'attendre à souffrir ensemble pour réaliser quelque chose d'énorme."

Marquer (au moins une fois) pour rêver

Et l'entraîneur lyonnais sait de quoi il parle. Il y a trois semaines, les Gones ont souffert. Preuve en est ce chiffre éloquent : les Blaugranas ont frappé 25 fois au but sans trouver la faille, une première dans l'histoire du club catalan. L'équipe rhodanienne est ainsi devenue la troisième formation - seulement - cette saison à ne pas encaisser de buts du Barça, après l'Athlétic Bilbao et le FC Séville. Mercredi soir, pour espérer renverser le leader de Liga au Camp Nou, la défense lyonnaise devra répéter cette performance, en tenant Lionel Messi à distance, tandis que l'attaque, trop en retenue à l'aller, devra piquer au moins une fois. 


"La qualification se jouera en marquant des buts", a appuyé Bruno Genesio. "Un 0-0 est peu probable. Pour marquer, il faut prendre des risques calculés, être bien disciplinés et bien organisés pour défendre mais prendre des risques quand on aura le ballon". Tout résultat nul (à l'exception d'un 0-0, qui emmènerait l'OL en prolongation et peut-être vers une séance de tirs au but) - ou une victoire dans le meilleur des cas - peut suffire au bonheur des Rhodaniens.

Pour exister offensivement au Camp Nou, Lyon aura besoin d'un grand Nabil Fekir. Cette saison, le capitaine de l'OL est le Lyonnais le plus décisif en Coupe d'Europe avec 3 buts et 2 passes décisives en cinq matches joués. Suspendu à l'aller, il a cruellement manqué à ses coéquipiers lorsqu'il fallait tenir le ballon face aux Catalans. Inspiré par les succès de l'Ajax Amsterdam contre le Real Madrid (1-4) et de Manchester United face au PSG (1-3), il veut croire que d'autres surprises sont possibles. "Ça donne des idées", a-t-il glissé mardi devant la presse. "Il y a eu quelques surprises, mais même sans ça, on vient ici pour créer l'exploit. Ce sera très compliqué. On ne devra pas faire d'erreurs car une Ligue des champions, ça se joue à des détails. Le Barça est favori mais on vient pour gagner. Il faudra être décomplexé. On n'a pas grand-chose à perdre, même si Barcelone est favori. On ne jouera pas avec la peur."

Occulter l'ambiance du Camp Nou

Jouer libéré et ne pas être spectateur de Barcelone, c'est la clé selon Sonny Anderson. "Le Barça ne joue pas par rapport à l'équipe d'en face, c'est une équipe qui joue son jeu. Lyon doit faire pareil", nous avouait le consultant beIN SPORTS avant le match aller. Ce sera d'autant plus vrai dans une enceinte, où le FC Metz est le seul représentant français à être sorti vainqueur en Coupe d'Europe (4-1 en Coupe des vainqueurs de coupes 1984) et où le PSG a sombré il y a deux ans (6-1). "C'est toujours compliqué de jouer là-bas, au Camp Nou", expliquait l'ancien buteur. "Je me souviens d'un huitième de finale de Ligue des champions contre le Milan AC. Après le leçon reçue à San Siro (2-0), les Blaugranas avaient livré une prestation exceptionnelle au retour et s'étaient qualifiés en l'emportant 4-0 chez eux, devant leurs socios." 


Mais faire tomber le Barça chez lui n'est pas impossible. Cette saison, sans parler du Betis Séville, seule équipe à avoir renversé les Blaugranas (4-3) au Camp Nou, Gérone (2-2) et Valence (2-2) ont malmené l'équipe de Valverde en Liga. Tottenham l'a fait en Ligue des champions (1-1). Ces résultats suffiraient à Lyon pour entrevoir les quarts. Pour cela, les hommes de Genesio devront se concentrer uniquement sur leur performance. À eux de relever le défi. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter