Ligue des champions : pourquoi le Barça peut trembler à Manchester City

Ligue des champions : pourquoi le Barça peut trembler à Manchester City

DirectLCI
FOOTBALL - Le FC Barcelone, qui n'a plus soulevé la Ligue des champions depuis 2011, entame sa phase finale mardi soir à Manchester City, leader de Premier League et ambitieux à l'échelle continentale. Une opposition entre deux équipes au jeu ambitieux et pas si différent que ça. Qui pourrait finalement tourner en faveur des Mancuniens.

D'un côté, Manchester City, champion d'Angleterre en titre, ''une des meilleures équipes du monde'' dixit Gerardo Martino, l'entraîneur catalan. De l'autre, le FC Barcelone, monstre européen depuis des années mais ''plus faible qu'il y a deux ans'', selon Nasri et même ''le pire Barça que j'ai vu depuis de nombreuses années'' pour le toujours mesuré José Mourinho, ancien du Real Madrid. Quoi qu'en disent les acteurs, une chose est néanmoins certaine : la différence entre les deux cadors européens est infime.

D'autant que Manchester City et le Barça ont un style de jeu très proche. ''Ce n'est pas un mini-Barcelone ou un mini je ne sais quoi, coupe Martino. Mais c'est vrai que City aime contrôler le ballon et construire le jeu.'' Et les Anglais ne comptent pas changer, même face au maître européen du jeu de passes. ''On ne va pas uniquement penser à défendre, on peut aussi jouer au ballon'', a promis Manuel Pellegrini, l'entraîneur des Citizens. Pour entretenir cette incroyable statistique : le champion d'Angleterre a déjà inscrit 117 buts cette saison, contre ''seulement'' 111 pour les Blaugranas.

Le physique des Citizens peut faire la différence

Pour sa première apparition à ce niveau de la compétition après deux échecs en poule, Manchester City ne craint surtout pas le Barça. ''On a assez de qualités et de joueurs pour leur poser des problèmes'', croit Yaya Touré, ancien de la maison catalane passé de l'autre côté de la Manche en 2010. ''Celui qui aura le moins le ballon souffrira le plus'', imagine Martino. Avec un Lionel Messi retrouvé depuis son retour de blessure (10 buts en 11 matches en 2014) et un Neymar lui aussi dans le groupe, le technicien espère aussi que l'expérience fera la différence en sa faveur. Quitte à simplement préserver ses chances à l'aller avant le retour au Camp Nou.

Mais si la qualité du collectif des Citizens est soulignée, les coéquipiers de Yaya Touré peuvent aussi proposer un jeu plus direct, autour du pivot Alvaro Negredo, ancien buteur de Séville passé avec succès en Premier League. Et la défense barcelonaise se méfie énormément des coups de pieds arrêtés, point fort de Manchester et faille de l'irrégulière défense catalane. Au final, et pour la première fois depuis longtemps, Barcelone ferait presque office d'outsider.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter