Ligue des champions : pourquoi le PSG va perdre face à Chelsea

Ligue des champions : pourquoi le PSG va perdre face à Chelsea

Football
DirectLCI
PRONOSTIC - Indécis, le quart de finale de Ligue des champions entre Chelsea et le Paris Saint-Germain? Pas tant que ça. A metronews, on imagine bien les champions de France disputer leur deux derniers matches de Coupe d'Europe. Et on vous explique pourquoi, faits à l'appui et avec une once de mauvaise foi.

Paris n'a jamais battu de gros
Pour sa deuxième saison en Ligue des champions depuis son passage sous pavillon qatari, le Paris Saint-Germain attend toujours une vraie performance. Deux fois, les coéquipiers de Zlatan Ibrahimovic ont tenu Barcelone l'an dernier (2-2 au Parc, 1-1 au Camp Nou), mais jamais ils n'ont encore battu de 'grand' d'Europe (non, désolé, Anderlecht et le Bayer Leverkusen n'entrent pas dans cette catégorie) comme Chelsea. En Ligue 1, les champions de France n'ont battu ni Monaco (deux fois match nul), ni Lille (2-2 au Parc), leurs plus sérieux concurrents. Et si cette équipe ''taillée pour l'Europe' (coucou Leonardo) péchait contre les plus gros ? Le PSG doit prouver qu'il peut lui aussi faire partie des grands.

Ibrahimovic, l'absent des grands rendez-vous
45 buts en 112 matches de Ligue des champions, des statistiques à faire pâlir bon nombre d'attaquants. Pourtant, Zlatan Ibrahimovic a tendance à s'évaporer dans les gros matches. Plus qu'une réputation, une statistique : 3 maigres buts en 11 quarts de finale joués, et même 7 en 30 matches de phase finale si on compte les 8es (4 en 27 matches avant son arrivée au PSG). Moqué en Angleterre pour cette absence, le Suédois a l'occasion de répondre de façon majuscule face au Chelsea du rugueux John Terry, qu'il aura face à lui. Sinon, il restera un joueur fabuleux quand il faut marquer quatre buts à Anderlecht…

Chelsea, un style de jeu parfait pour contrer le PSG
Parlons un peu de Chelsea. Deuxièmes de Premier League, les Blues se manquent rarement face aux gros cette saison (aucune défaite face aux quatre premiers du Championnat). L'explication est simple : adeptes d'une défense ultra-rigoureuse, les hommes de José Mourinho aiment laisser le jeu à leur adversaire, qui tente de casser le bloc avant de se faire punir en contre. Typiquement le scénario que l'on retrouvera face à Paris, quand Ramires et David Luiz n'hésiteront pas à nettoyer les chaussures de Cavani avant qu'Eden Hazard ne brise les reins d'Alex. Et si les Parisiens prennent un but au Parc, ce sera compliqué au retour.

L'expérience en plus
Le PSG ''ne peut pas tout maîtriser'', puisqu'il est ''l'un des clubs les moins expérimentés à ce niveau'', comme le rappelle Laurent Blanc  ? Ou bien ''l'expérience ne fait pas tout'', comme le contredit à moitié Ibrahimovic ? Quoi qu'il en soit, Paris est bien jeune à ce niveau de la compétition comparé à Chelsea, vainqueur de l'épreuve en 2012, même si, individuellement, les Thiago Silva, Thiago Motta et Ibra n'ont pas grand-chose à envier à leurs homologues.
Mais si l'on fait un comparatif au cas par cas, un poste est en total déséquilibre : celui d'entraîneur. Laurent Blanc, presque novice (c'est son deuxième quart de finale après celui atteint avec Bordeaux), saura-t-il se mettre au niveau d'un José Mourinho, docteur ès stratégie et machine à gagner ? De cela aussi dépend le résultat de la confrontation et la balance penche, au départ, largement en faveur du technicien portugais. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter