Ligue des champions : ce Bayern-là est-il prenable pour le PSG ?

FOOTBALL – Mercredi soir (20 h 45), le PSG de Neymar et Mbappé va passer son premier test d’envergure en recevant le Bayern Munich lors de son 2e match de Ligue des champions. Et il semblerait bien qu’il s’agisse du meilleur moment pour affronter le mastodonte bavarois.

Quand le PSG affrontait le FC Barcelone (ce qui est arrivé souvent ces dernières années), on avait tendance à dire qu’il se trouvait face à son modèle. En suivant cette logique, le Bayern Munich, prochain adversaire des Parisiens en Ligue des champions (mercredi soir à 20 h 45), figure alors une antithèse parfaite, du point de vue de la politique sportive. Le géant allemand n’a en effet pas pour habitude de se renforcer en battant des records de dépenses. 


Au contraire, il mise sur son centre de formation et une autosuffisance financière, qui lui permettent ensuite d’améliorer son effectif par de subtiles retouches. Reste qu’il y aura match entre les deux et, sportivement parlant, ce Bayern, 3e de son Championnat, paraît bien moins dur à jouer qu’il ne l’a été la saison passée. Passage en revue de ses carences du moment.

En vidéo

Montpellier - PSG : retour sur les moments forts du match de Ligue 1

Un gardien fébrile

Manuel Neuer, considéré comme le meilleur gardien du monde, manquera le déplacement à Paris, en raison d’une douleur au pied gauche. Et son remplaçant, Sven Ulreich, en plus d’être totalement inexpérimenté au niveau européen, n’est pas vraiment un foudre de guerre. En témoigne sa bourde très embarrassante de vendredi, qui a coûté deux points à son équipe, à domicile, lors de la réception de Wolfsburg (2-2). Mais c’est surtout la comparaison avec le portier n°1 qui représente le véritable manque à gagner pour le Bayern. Car Neuer n’y est pas qu’un gardien : par son jeu au pied et sa vision, il est le dernier défenseur et même le premier meneur de jeu. Sans lui, la construction même du jeu du Bayern n’est plus la même.

Une défense minée par les pépins

En dehors de Mats Hummels, difficile de savoir sur quels défenseurs pourra s’appuyer Carlo Ancelotti. Son compère de la charnière, Jérôme Boateng, sort de quatre mois de blessures musculaires et pourrait ne pas être apte. Quant à ses éventuels remplaçants, Javi Martinez et Niklas Süle, ils pêchent par leur lenteur, comme le latéral droit Rafinha, ce qui s’est vu dans le Championnat allemand. Au poste d’arrière gauche, David Alaba postule de nouveau à une place de titulaire, mais il n’a plus joué depuis le 6 septembre et une déchirure du ligament de la cheville droite…

En attaque, une concurrence mal vécue

On vous parlait plus haut de la stabilité légendaire du Bayern Munich. Eh bien celle-ci ne se transpose pas au niveau des compositions d’équipe cette saison. Une statistique : seuls quatre joueurs ont pris part aux neufs matchs officiels disputés par le club. Il s’agit de Robert Lewandowski, Joshua Kimmisch, Kingsley Coman et Thomas Müller. Sauf que les deux derniers cités ne sont pas du tout certains de débuter mercredi. Müller s’attend déjà à voir Thiago Alcantara lui passer devant. Quant à Coman, il est en balance avec un autre Français : Franck Ribéry. Lequel était titulaire indiscutable… jusqu’à son coup de colère d’il y a deux semaines, quand il avait jeté son maillot de rage après avoir été remplacé contre Anderlecht. Enfin, n’oublions pas Arjen Robben, qui est, petit à petit, en train de perdre sa place au profit de James Rodriguez. Ce qui a largement de quoi heurter la susceptibilité du Néerlandais, dont l’ego est au moins aussi célèbre que son sempiternel enchaînement crochet-frappe pied gauche.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'élimination du PSG en Ligue des champions

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter