"Le PSG est aussi crédible que le Bayern en Ligue des champions", assure Marco Verratti

FOOTBALL – Le PSG reçoit, mercredi soir (20h45), pour le compte de la 2e journée du premier tour de la Ligue des champions, le Bayern Munich. Un choc majuscule, que Paris veut aborder d’égal à égal.

Évacuons d’emblée la désormais traditionnelle question des penalties. Encore posée (plusieurs fois) à Unai Emery en conférence de presse, ce mardi dans l’auditorium du Parc des Princes, l’entraîneur parisien s’est encore appliqué à ne pas répondre, lâchant tout de même un drôle de : "J’espère que nous obtiendrons plein de penalties, pour que Neymar et Cavani en tirent tous les deux." Non, à la veille d’un PSG-Bayern Munich en Ligue des champions, l’heure n’est plus aux enfantillages. Au contraire, l’heure est venue, pour Paris, d’être grand. Ne serait-ce que pour justifier les 420 millions d’euros dépensés en transferts par les propriétaires qataris cet été.

Il y a cinq ans, quand je suis arrivé, le PSG était très différentMarco Verratti

Marco Verratti, assis sur l’estrade au côté de son coach, a ainsi resitué le contexte et les enjeux : "Neymar et Mbappé vont nous faire grandir. On sait que l’exigence est très élevée mais on a de la chance de faire partie de ce projet. Alors il faut simplement jouer comme on sait le faire, en prenant du plaisir. Il y a cinq ans, quand je suis arrivé, c’était très différent. Le club a beaucoup changé. Aujourd’hui on a la même crédibilité que le Bayern en Europe, ça montre qu’on a bien travaillé."

Le PSG est en première ligne, tout le monde le regardeUnai Emery

Interrogé auparavant sur les jalousies suscitées par le PSG chez les grands clubs européens, Unai Emery, le coach parisien, a, lui, dit ceci : "Quand j’étais en Espagne, j’étais de l’autre côté, je regardais les grandes équipes européennes, les cinq-six équipes qui achètent les meilleurs joueurs du monde. Paris a fait un pas important pour les concurrencer. Sportivement, nous avons plus d’ennemis parce qu’ils voient que le projet du PSG est sérieux, que les achats du PSG ont fait du club un véritable ennemi sportif. Je crois que cette nouvelle concurrence est une bonne chose, Paris devient important dans le monde et en Europe. Le club est en première ligne, tout le monde le regarde."

Le match de mercredi soir doit-il donc servir à transmettre un message à l’Europe, voire au reste du monde ? "On doit envoyer un signal à nous-mêmes, a répliqué Verratti. Après, ce n'est pas un match décisif. Bien sûr, battre le Bayern peut nous donner beaucoup de confiance, mais on n’aurait encore rien gagné de la saison. On ne prendrait que trois points dans cette phase de groupe. On fera le maximum, parce que c’est très important pour le club, et il faudra faire un grand match." Lapidaire, l’entraîneur a, de son côté, lâché : "Affronter de grandes équipes, c’est ce que nous voulons. Le Bayern en est une par son histoire. Ce match doit servir à montrer où nous en sommes."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'élimination du PSG en Ligue des champions

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter