Neymar, la métamorphose en trois actes

Football

Toute L'info sur

Neymar la superstar du PSG

RECONQUÊTE - En-dedans à la Coupe du monde, où il s'est plus distingué par ses simulations que par ses qualités ballon au pied, Neymar est revenu à Paris avec la ferme intention de prouver ce dont il est capable. Libéré dans son jeu et dans sa tête, notamment grâce à Thomas Tuchel, le Brésilien s'épanouit dans le collectif parisien.

Cette saison, Neymar est un tout autre homme. Raillé pour ses exagérations et critiqué pour ses provocations, le Brésilien avait confié avoir "vécu le moment le plus triste de sa carrière" en Russie. Son image auprès du public s'était dégradée inexorablement. Selon une étude Kantar Sports, la star de la Seleção - le joueur ayant passé le plus de temps au sol, presque 14 minutes - avait totalisé à la fin du tournoi russe près de 68% de commentaires défavorables sur les réseaux sociaux. Plus que tout autre joueur présent à la grande messe du football. 

Revenu à la fin de l'été à Paris, dans l'ombre du champion du monde Kylian Mbappé -chose tout à fait impensable lors de son arrivée en grandes pompes il y a un an au PSG- l'Auriverde savait à l'aube de ce nouvel exercice 2018-2019 qu'il allait être observé et jugé plus que jamais. Deux mois après son retour aux affaires, le résultat est là. Le Parisien a mené d'une main de maître son opération (re)conquête. Pour ce faire, Neymar a tout remanié : sa façon de jouer, son implication sur le terrain, mais aussi sa communication. Avec une réussite éloquente, qui se traduit sur les pelouses de Ligue 1. Et bientôt peut-être en Ligue des champions.

Numéro 10 dans le dos et sur le terrain

Ce renouveau -ou cette rédemption serait-on même tenté de dire- se confirme par les chiffres. Depuis le début de la saison, la star du PSG affiche des statistiques prodigieuses avec 7 buts et 3 passes décisives en sept journées de championnat. Un rendement presque surprenant, au sortir d'une première année écourtée par une blessure et du Mondial que l'on connaît.

Positionné jusqu'alors sur le flanc gauche de l'attaque par Emery, position où il évoluait déjà à Barcelone, Neymar a été replacé en numéro 10 par son nouvel entraîneur Thomas Tuchel. Le premier coup de génie de l'Allemand qui a totalement libéré le jeu du numéro 10 parisien, moins autocentré que l'année passée. "C'est différent (de jouer en 10, ndlr). J'aime jouer comme ça, je l'ai déjà fait à Santos ou au Barça", expliquait-il mardi 2 octobre, à la veille d'une prestation de gala contre l'Étoile Rouge de Belgrade, ponctuée d'un triplé (6-1) dont deux coups francs en feuille morte. "Définir le match, comment mes collègues vont jouer et aider mes coéquipiers." 

En vidéo

Neymar fait son mea culpa dans une pub de rasoir

C'est dans ce nouveau système, lui laissant toute la latitude qu'il souhaite, que le Brésilien a retrouvé le plaisir de jouer. Aligné derrière Cavani et avec Mbappé et Di Maria à ses côtés, le capitaine de la Seleção dirige les opérations parisiennes. "On a la chance de pouvoir l'impliquer dans chacune de nos actions offensives", confiait Tuchel au sujet de ce repositionnement. "Si vous intégrez Neymar dans ces attaques, il y a plus de probabilités de se créer des occasions."

Adepte de la "calinothérapie" de Tuchel

En somme, un rôle de chef d'orchestre qui sied à merveille au "Ney". Et qu'il endosse pleinement à la demande de "TT", avec lequel la relation est plus que jamais au beau fixe. "Je me retrouve en lui car c'est un coach jeune qui sait où aller", a-t-il affirmé, avouant qu'il "écoutera toujours la voix de l'entraîneur". Et c'est là que réside le deuxième exploit de l'ancien patron du Borussia Dortmund : avoir réussi à amadouer, en si peu de temps, un talent volatile comme le Brésilien.

Tuchel a fait de Neymar son leader. Il n'hésite d'ailleurs pas, à sa moindre prise de parole, à chouchouter son joueur-clé. "Depuis notre première conversation l'année dernière, je me suis rendu compte de sa soif de victoire. Il veut s'améliorer de plus en plus, montrer son meilleur visage", a expliqué le Parisien. "J'espère qu'il peut nous mener en C1, là où on veut vaincre. On veut aller vers le succès et je veux lui montrer de quoi je suis capable." Cette confiance rejaillit sur le terrain, en témoigne sa faculté à se plier aux choix de son entraîneur - être remplacé par exemple -, à mille lieues de ce qu'on avait pu voir sous le mandat d'Unai Emery. Une proximité encore une fois démontrée à sa sortie du terrain, mercredi 3 octobre. Un moment de pure complicité avec l'Allemand, qui l'a étreint pour le féliciter après son récital.

Exemplaire et plus proche des Ultras

Épanoui sur le terrain, Neymar l'est aussi plus en dehors. Il a profité de la fin de l'été pour mettre les choses au clair. Critiqué pour sa propension à surfer sur les rumeurs entourant son avenir, et l'envoyant régulièrement du côté du Real Madrid, l'enfant de Santos a publiquement affirmé durant l'été qu'il resterait au PSG. Pour lui, ce n'est peut-être pas grand-chose. Mais pour les supporters, ça veut dire beaucoup. Jugé trop distant par une partie d'entre eux, il cherche aujourd'hui leur contact. Un changement d'attitude que l'on a encore pu apercevoir lors de la démonstration du PSG contre Reims (4-1). Entouré de ses coéquipiers, le Brésilien est allé au pied de la tribune Auteuil pour saluer et remercier les fans du club de la capitale. 

En se positionnant ainsi, l'Auriverde exprime son attachement au club, aux supporters et à Paris. Et que dire de ces tendres images de fin de match où Neymar a, à plusieurs reprises, cédé son maillot à de jeunes fans en pleurs. Dans le même temps, "Ney" a repris le contrôle sur son entourage. Son père Neymar Senior, omniprésent lors de sa première année, se fait plus discret et l'aide à se concentrer sur l'essentiel : le football. Le Neymar nouveau est arrivé. 

En vidéo

Nîmes-PSG : le câlin de Neymar à un jeune fan

[Tout sur l'actualité de la saison du PSG]

Sur le même sujet

Et aussi