PSG-Manchester United : pour l'UEFA, il y avait bien penalty suite à la main de Kimpembe

Football
DirectLCI
EXPLICATIONS - Deux jours après l'élimination surprise du PSG en Ligue des champions, l'UEFA a expliqué dans un communiqué le processus qui a poussé l'arbitre Damir Skomina à siffler un penalty à Manchester United (1-3) pour une faute de main de Presnel Kimpembe.

Penalty ou pas penalty ? L'action fait débat depuis mercredi soir et l'élimination surprise du PSG dès les huitièmes de finale de la Ligue des champions par Manchester United (0-2, 1-3). Les Parisiens ont concédé le but de l'élimination sur un penalty décisif de Rashford accordé aux Red Devils par l'arbitre Damir Skomina dans les arrêts suite à une main de Presnel Kimpembe.


Ce vendredi 8 mars, deux jours après l'humiliation parisienne, l'UEFA est revenue dans le détail, comme elle le fait depuis l'instauration du VAR, sur les différentes utilisations de l'arbitrage vidéo qui ont suscité la polémique cette semaine. L'instance européenne a notamment apporté des éclaircissements sur le penalty sifflé contre le PSG. "L'assistant vidéo, après avoir consulté les différents angles disponibles, a recommandé à l'arbitre de revisionner les images d’un possible incident dans la surface de réparation", peut-on lire dans un communiqué. "Étant donné que l'arbitre n'avait pas noté l'incident clairement pendant le jeu (reconnu comme un sérieux incident raté dans le protocole du VAR), il a été procédé à un revisionnage sur le terrain."

L'UEFA justifie la décision de l'arbitre

Après avoir eu recours à l'assistance vidéo, M. Skomina a été convaincu par les multiples images qui lui ont été proposées de l'intentionnalité de la part de Kimpembe de vouloir dévier la frappe non cadrée de Diogo Dalot. "À la suite de cet examen, l'arbitre a confirmé le fait que la distance parcourue par le ballon n'était pas courte et que l'impact ne pouvait pas, par conséquent, être inattendu. Le bras du défenseur n'était pas proche du corps, ce qui a agrandi la surface d'opposition (du corps, ndlr) au ballon" et empêché le ballon d'aller "en direction du but. L'arbitre, en conséquence, a accordé un penalty", écrit pour finir l'UEFA.

Bien qu'appliquée par les arbitres depuis la Mondial 2018 en Russie, il est bon de rappeler que la notion de "surface d'opposition" est pour l'heure totalement absente des textes officiels. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter