PSG-Real Madrid : Benzema, le nouveau patron de la Casa Blanca

Football

LEADER - Longtemps resté dans l'ombre de Cristiano Ronaldo, Karim Benzema vole de ses propres ailes depuis le départ du Portugais. L'ancien Lyonnais, sur sa lancée de la saison passée, vit sa période la plus faste à Madrid. Et c'est en patron de ce nouveau Real qu'il s'avance avant de retrouver le PSG ce mercredi en Ligue des champions.

On n'arrête plus Karim Benzema. S'il a souvent déçu par le passé, essuyant régulièrement les sifflets et les insultes du Santiago-Bernabéu, en raison notamment de son faible rendement, l'ancien Lyonnais vit une deuxième jeunesse à Madrid. C'est d'autant plus vrai depuis le départ de Cristiano Ronaldo, qu'il a régalé pendant neuf saisons communes de caviars et d'appels. "KB9", comme délesté du poids du Portugais, parti sous d'autres cieux, a clairement changé de dimension. Toujours prêt à se mettre au service du collectif madrilène, il fait évoluer son jeu pour être tantôt à la construction, tantôt à la finition.

Un nouveau rôle qui sied à merveille au buteur tricolore. Et le retour en mars derniers de Zinedine Zidane, son mentor, sur le banc du Real Madrid n'a pas fait que le confirmer dans ses nouvelles responsabilités. Le Français, privé de sélection depuis trois ans, détient désormais seul les clés de l'attaque de la Maison Blanche. Auteur d'un doublé contre Levante (3-2) le week-end dernier, Benzema a inscrit ses 3e et 4e buts en 4 matches de Liga cette saison, 12 en 13 matches depuis le come-back de "Zizou". Un état de forme dans la droite lignée de son exercice passé, que le quadruple vainqueur de la Ligue des champions a bouclé avec 30 réalisations toutes compétitions confondues, une première pour lui depuis la saison 2011-2012.

Il était déjà notre meilleur arme offensive (...) ça l'est encore- Thibaut COURTOIS, gardien du Real Madrid

Et, en 2019, il n'y a que Lionel Messi, avec 21 buts en Liga depuis janvier, qui fait mieux que "KB9", buteur à 19 reprises malgré une blessure qui l'a éloignée des terrains au printemps. Une efficacité retrouvée qui enchante le Real Madrid. "Je suis content pour lui parce qu'il le mérite. Parce qu'il bosse, parce qu'il n'a jamais rien lâché", saluait son entraîneur Zinedine Zidane. "Même quand il a des petites difficultés, même quand il a eu des petites difficultés et que ça arrive partout et pour tous les joueurs, et surtout ici." Pour le gardien madrilène Thibaut Courtois, Benzema "était déjà notre meilleure arme offensive l'an passé et ça l'est encore cette saison. Contrairement à ce qu'on peut penser, ça a toujours été un grand buteur."

Lire aussi

C'est un des joueurs les plus sous-côté du monde- Thomas TUCHEL, entraîneur du PSG

Pour son dixième été en Espagne, Karim Benzema démarre donc la saison pied au plancher. Au-delà de sa forme physique étincelante, résultant d'une perte de poids, le trentenaire semble empreint d'une sérénité à toute épreuve. Il faut dire que, saison après saison, les concurrents se succèdent mais aucun ne parvient à le détrôner. Higuain, Morata, Diaz... tous, à un moment donné, se sont heurtés à l'ancien Gone. Et sont tombés comme des mouches. Cet été aussi, on pouvait croire que la signature de Luka Jovic allait signer en quelque sorte sa fin au Real Madrid. Acheté 60 millions d'euros, l'attaquant serbe doit, pour l'instant, lui aussi se résoudre à jouer les seconds couteaux. "Benzema, c'est un des joueurs les plus sous-côté du monde. Il y a d'autres attaquants qui viennent au Real Madrid, mais c'est lui qui joue", a rappelé l'entraîneur parisien Thomas Tuchel mardi. "Il joue là-bas depuis 25 ans ! (rires) C'est la classe mondiale."

Face au PSG, mercredi 18 septembre (à suivre à 21h, en live commenté sur LCI), c'est d'ailleurs Benzema qui guidera les Merengues sur la pelouse du Parc des Princes. Et il aura à cœur de faire parler ce sens du but retrouvé face à un adversaire qui ne lui réussit guère. En dix rencontres disputées contre Paris, que ce soit avec l'Olympique lyonnais ou le Real Madrid, le buteur français n'a fait trembler les filets qu'une seule fois lors du Trophée des champions 2006. En face, il retrouvera aussi Keylor Navas, le gardien costaricien du PSG qu'il connaît très bien pour l'avoir eu pour partenaire à Madrid mais contre lequel il n'a jamais marqué en deux confrontations lors de la saison 2013-2014. Et pour se transcender celui qui a gagné en grade dans le vestiaire madrilène va se présenter avec le brassard de capitaine, en raison des absences conjuguées de Sergio Ramos (suspendu) et Marcelo (blessé). De quoi décupler sa motivation.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter