France-Allemagne (2-1) : Lucas Hernandez, l'indispensable guerrier

Football
DirectLCI
SOLDAT - Inconnu des Français avant la Coupe du monde, Lucas Hernandez n'a pas mis bien longtemps à se faire un nom. Le latéral gauche des Bleus, passeur décisif pour Griezmann mardi face à l'Allemagne (2-1), a apporté à l'équipe France son art du combat. Un état d'esprit qu'il est désormais capable d'insuffler à ses coéquipiers.

"Le plus compliqué, ce n'est pas d'arriver en haut mais de se maintenir, de rester au top". Auréolé d'un titre de champion du monde cet été, Lucas Hernandez avait prévenu que le plus dur attendait les Bleus après leur sacre en Russie. Après avoir frôlé la défaite contre l'Islande (2-2) jeudi dernier, le déroulé du match contre l'Allemagne mardi lui a donné raison.


Malmenée par la Mannschaft pendant les 45 premières minutes, l'équipe de France a tremblé, douté mais a fini par l'emporter (2-1) grâce à un doublé d'Antoine Griezmann et un très bon Hernandez, le latéral gauche, passeur décisif pour son coéquipier de l'Atlético de Madrid.

Car si tout le monde va retenir les deux coups de "Grizou", c'est bien lui l'autre grand bonhomme de cette rencontre de Ligue des nations. Si la France a retrouvé des couleurs après une première période insipide, où elle balbutié son football comme face aux Vikings, elle le doit essentiellement au défenseur des Colchoneros. Bousculé à l'instar de ses partenaires, notamment en début de match, Lucas Hernandez a lancé une première charge juste avant le retour aux vestiaires. Il a offert un ballon de but à Olivier Giroud (45e). 


Après la pause, l'arrière gauche des Bleus ne s'est pas démobilisé et a sonné la révolte tricolore, en accentuant son pressing haut et son engagement dans les duels. Quelques minutes après avoir donné un premier ballon en profondeur à Mbappé (52e), il a délivré un centre tendu, smashé de la tête par Antoine Griezmann pour l'égalisation tricolore (62e). "C'est vrai qu'il y en a un offensivement qui va mettre le but, donc on va plus parler de lui. Mais s'il n'y a pas le centre de Lucas (Hernandez), je ne marque pas", a rappelé le deuxième meilleur buteur des Bleus (26 réalisations), ex-æquo avec Sylvain Wiltord. 

"Lucas a ça en lui, au fond de lui"

D'ailleurs, au coup de sifflet final, Didier Deschamps ne s'y est pas trompé non plus. Le sélectionneur de l'équipe de France a tout de suite souligné le rôle d'Hernandez et son attitude de guerrier, jamais avare d'efforts, qui a rejailli sur ses coéquipiers en seconde période. "Lucas met beaucoup d'agressivité dans ses duels. À un moment, des actions, des attitudes d'un ou deux joueurs réveillent un peu tout le monde. Lui, il a ça en lui, au fond de lui", a commenté "DD" après la rencontre. "Il est comme ça, ce n'est pas le seul. Il y a des joueurs, qui par leur action, leur agressivité positive, poussent les autres dans le bon sens".

En vidéo

Équipe de France : Le message de Lucas Hernandez pour Didier Deschamps

Assurément, depuis sa révélation au Mondial l'été dernier, Lucas Hernandez fait partie des meilleurs Bleus. Connu pour son tempérament de feu et sa solidité défensive à toute épreuve, il ne reste pas cantonner à son poste. Le Colchonero n'hésite pas à faire remonter tout le bloc et à apporter le surnombre dans le camp adverse quand il le faut. En offrant un caviar à Griezmann, son ami et coéquipier, le latéral de 22 ans a aussi signé sa troisième passe décisive avec l'équipe de France en 2018, plus que tout autre joueur. Preuve qu'en plus de ne jamais rien lâcher et d'être un moteur pour son équipe, il a le compas dans l'œil. 

Jeune papa depuis le 1er août, le Madrilène confirme donc, rassemblement après rassemblement, ses belles dispositions entrevues lors de la Coupe du monde russe. Appelé en doublure de Benjamin Mendy juste avant la grande messe du football mondial, il a profité de la méforme de son concurrent direct pour s'imposer comme une référence à son poste. Aujourd'hui, alors que le latéral de Manchester City n'a pas été retenu pour les rencontres d'octobre, rien ni personne ne semble en mesure de lui faire de l'ombre. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter