Ligue Europa : au lendemain de l’attentat, Manchester United va devoir jouer une finale endeuillée

Ligue Europa : au lendemain de l’attentat, Manchester United va devoir jouer une finale endeuillée
Football

ÉMOTION - La finale de la Ligue Europa, disputée ce mercredi à Stockholm (20h45) entre Manchester United et l'Ajax Amsterdam, a pris une tonalité dépassant largement le cadre du sport après l'attentat meurtrier qui a touché la ville mancunienne lundi.

Comme le concert d’Ariana Grande lundi soir, la finale de la Ligue Europa aurait dû être un moment de fête, une parenthèse légère censée faire ponctuellement oublier les atermoiements de la vie quotidienne. Il n’en sera rien et les deux évènements sont évidemment liés par l’implication de Manchester.

L’attaque terroriste ayant fait 22 morts et 59 blessés a frappé toute la ville en plein cœur,  notamment ses clubs de football, dont Manchester United, qui devra néanmoins disputer le trophée européen à l’Ajax d’Amsterdam, ce mercredi soir, à Stockholm. Dans des conditions forcément particulières. 

Lire aussi

"Nous sommes paralysés. C'est écœurant."

L’entraîneur emblématique des Red Devils, José Mourinho, a ainsi annulé sa conférence de presse de veille de match, mardi soir, publiant à la place le communiqué suivant : "Les événements tragiques d'hier soir (lundi soir) nous rendent tous très tristes. Les victimes et leurs familles ne peuvent sortir de nos esprits et de nos cœurs. Nous avons un boulot à faire et nous irons en Suède pour le faire. Il est regrettable que nous ne puissions avoir la même insouciance que nous avons d'habitude avant un match. Je sais, quand bien même je ne suis pas là depuis longtemps (il a signé à United l'été dernier, ndlr), que le peuple de Manchester se relèvera comme un seul homme."

Dans la foulée, Ed Woodward, le vice-président du club, a déclaré : " Ce qui s'est produit a mis certaines choses en perspective. La victoire sur le terrain n'est rien comparée à la peine et la souffrance à Manchester. Les mots ne peuvent pas exprimer ce que nous ressentons tous. Nous sommes paralysés. C'est écœurant. Toutes nos pensées en ce moment sont tournées vers les victimes et les familles qui ont été touchées. Nous avons vécu des moments sombres avec la direction ce (mardi) matin. C'est l'unique chose dont nous avons pu discuter. Nous avons ensuite rencontré l'UEFA. Nous nous sommes assis avec eux. Nous avons discuté de différentes choses que nous pouvions faire pour ce match. Je suis satisfait qu'ils aient accepté que nous puissions porter un brassard noir. Il y aura une minute de silence en hommage aux victimes."

En vidéo

Attentat de Manchester : qui est Salman Abedi, l’auteur présumé de l’attaque ?

Festivités réduites

L’instance européenne, en charge de l’organisation de la compétition, a aussi réduit les festivités initialement prévues pour l’avant-match à une portion congrue, par souci de décence. En revanche, il n’a pas été question d’annuler, ni de reporter cette rencontre, l’UEFA s’étant empressée de faire savoir qu'"il n'existe actuellement aucun renseignement spécifique qui pourrait suggérer que la finale puisse être la cible d'attaques. Le risque terroriste a été pris en compte. De plus, plusieurs mesures de sécurité supplémentaires ont été mises en œuvre à la suite des attaques de Stockholm en avril dernier".

On ne sait pas, en revanche, dans quel état d’esprit les joueurs mancuniens aborderont la rencontre. On se souvient que ceux de Dortmund, en tout cas, étaient apparus affectés, s’inclinant (2-3) à domicile cette saison face à Monaco lors du quart de finale aller de Ligue des champions qui avait été joué au lendemain de l’attaque qui avait ciblé leur bus. Idem pour les Bleus, qui avaient dû affronter l’Angleterre à Wembley (défaite 2-0) quatre petits jours après les attentats de Paris et Saint-Denis le 13 novembre 2015. Les plus anciens peuvent même remonter jusqu’en 1992, quand Monaco avait raté sa finale de Coupe des Coupes contre le Werder de Brême (défaite 2-0) au lendemain de la tragédie de Furiani. 

Une certitude en tout cas : les Red Devils ont immédiatement pris la mesure du drame mardi, comme en témoignent leurs réactions sur les réseaux sociaux.

"Des nouvelles déchirantes ce matin. Nos pensées et nos prières sont avec toutes les personnes touchées", a par exemple spontanément  tweeté le capitaine Wayne Rooney.

Son coéquipier, Ashley Young, s'est dit "absolument choqué d'entendre les nouvelles ce matin. Pensées pour tous ceux qui ont perdu des êtres chers et prières pour ceux qui sont soignés dans les hôpitaux".

Sur Instagram, Paul Pogba a, lui, adressé ses "condoléances à toutes les familles des victimes de Manchester et à toutes les familles qui perdent des êtres aimés dans tant de pays à cause des actes de violence".

"Toutes mes pensées et mes prières vont à ceux qui ont été affectés", a, pour sa part, tweeté Anthony Martial.

En vidéo

Le message émouvant d'Eric Cantona aux victimes de Manchester

Toute l'info sur

Attentat de Manchester

De son côté, Peter Bosz, l’entraîneur de l’Ajax, qui a maintenu sa conférence de presse mardi soir, a tout de même insisté sur la vaste portée de la charge émotionnelle, lâchant : "C’est tellement horrible... Nous serons tous affectés."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent