Ligue Europa : l’OM et l’OL disputent leurs 8es de finale retour dans un contexte ultra tendu

Ligue Europa : l’OM et l’OL disputent leurs 8es de finale retour dans un contexte ultra tendu

Football
DirectLCI
SÉCURITÉ – Que ce soit à Bilbao, où l’OM joue à 19h, ou à Lyon, où l’OL reçoit le CSKA Moscou, la mobilisation est maximale ce jeudi pour éviter de possibles débordements.

Comme si atteindre les quarts de finale de la Ligue Europa n’était pas suffisamment difficile, voilà que le contexte vient accroître un peu plus la tension entourant les 8es de finale retour de la compétition que disputent ce jeudi les deux clubs français encore en lice. 


À 19h, l’OM, vainqueur 3-1 à l’aller à Marseille, affronte l’Athletic Bilbao à San Mamès. Puis, à 21h, l’OL, vainqueur 0-1 à l’aller en Russie, reçoit le CSKA Moscou. Dans les deux cas, les autorités craignent de sérieuses échauffourées autour, voire dans les stades. Focus sur deux situations pourtant bien différentes.

À Bilbao, une mobilisation policière à son comble

La dernière fois que la ville basque a accueilli un match de football, c’était il y a trois semaines. L’Athletic recevait alors le Spartak Moscou et un policier avait trouvé la mort lors des violents heurts qui avaient opposé les supporters des deux équipes. La police régionale basque a donc déployé un important dispositif pour éviter que ce scénario ne se reproduise. 

Un dispositif d’autant plus conséquent que les autorités locales n’ont pas oublié qu’en 2016, lors d’un précédent Bilbao-OM, les Ultras marseillais avaient semé le chaos dans le centre-ville et aux alentours du stade, tout en provoquant les supporters adverses en hurlant des "Puta Bilbao" dans les rues. Cette fois, 877 supporters français sont attendus. La police va donc déployer 1.500 agents pour prévenir tout débordement. Le collège jouxtant le stade est même fermé ce jeudi !

En vidéo

OM-Bilbao : le résumé du match aller

À Lyon, la crainte d’affrontements entre supporters russes

Au départ, les autorités s’inquiétaient de la proportion de 10% de supporters potentiellement violents dans le contingent de 400 individus en provenance de Moscou. Mais une autre nouvelle est venue un peu plus alourdir l’atmosphère autour du match : une centaine de supporters russes du Spartak Moscou, club rival du CSKA, ont fait le déplacement jusqu’à Lyon dans le but spécifique d’en découdre avec leurs homologues. 

En vidéo

CSKA Moscou-Lyon : le résumé du match aller

Cette menace est prise au sérieux : le dispositif de sécurité prévu pour ce match, initialement classé 2 sur une échelle de 4, a été rehaussé, que ce soit dans les rues de Lyon ou aux alentours du Parc OL, dans la commune de Décines. Des policiers sont ainsi chargés de suivre de très près les 400 fans du CSKA, pour empêcher les regroupements et les éventuels face-à-face avec leurs compatriotes. Ceux-ci surviennent très régulièrement en Russie. Et il ne faudrait donc pas qu’ils s’exportent ce jeudi.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter