Ligue Europa : la débâcle des clubs français continue...

Ligue Europa : la débâcle des clubs français continue...

DirectLCI
FOOTBALL - Si Saint-Étienne s'est qualifié pour les 16es de finale de la Ligue Europa en arrachant un nul (1-1) à Rosenborg ce jeudi soir, Monaco, Bordeaux (officiellement éliminé) et Marseille ont, eux, une nouvelle fois déçu, maintenant le football français dans la sinistrose.

Un arbre qui tombe fait plus de bruit qu'une forêt qui pousse, dit-on. Mais à l'échelle du football français, ce serait plutôt l'inverse. Le PSG, qui semble se rapprocher d'année en année du niveau requis pour atteindre le dernier carré de la Ligue des champions, masque en effet les prestations toujours plus catastrophiques des club de Ligue 1 en coupe d'Europe. Et plus particulièrement en Ligue Europa. Ainsi, ce jeudi soir, l'AS Monaco s'est inclinée face à Anderlecht (0-2), l'OM a failli, à une poignée de minutes près, concéder le nul à Groningen (score final 2-1), tous deux à domicile. Tandis que Bordeaux a perdu (1-1) à Anfield contre Liverpool et a été éliminé. Seul motif de satisfaction : la qualification de Saint-Étienne pour les 16es de finale, grâce au nul (1-1) arraché à Rosenborg.

Certains objecteront que Bordeaux affrontait un cador européen, que l'ASM et l'OM ont dominé leur sujet mais joué de malchance. On répondra que ces Reds aux abois étaient prenables et que les Girondins, lors de leurs derniers matchs européens, n'ont pris qu'un point sur six possibles face au FC Sion. Que les Monégasques, quart-de-finalistes de la dernière Ligue des champions, ont désormais de bonnes chances d'être éliminés dès la phase de poules de cette Ligue Europa. Que les Marseillais avaient perdu à domicile (0-1) contre le Slovan Liberec, avant de s'incliner deux fois de suite devant Braga. En brandissant déjà cette même excuse de la malchance...

En football, comme dans tout autre domaine, la chance sourit aux audacieux. Et les excuses ne servent qu'aux perdants. Surtout, on soulignera que la crise couve depuis quelques années, déjà. En citant, à titre d'exemple, les éliminations de Nice et Saint-Étienne au tour préliminaire de la Ligue Europa, respectivement face aux Chypriotes de l'Apollon Limassol et aux Danois d'Esbjerg. Ou l'incapacité des Stéphanois, la saison suivante, à battre Qarabag, un club d'Azerbaïdjan... Si la coupe d'Europe reste le seul moyen concret de comparer des Championnats entre eux, alors voilà sans doute le niveau réel de notre Ligue 1. N'en déplaise aux autruches et aux nostalgiques.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter