Lorient-PSG : la guerre des coaches aura-t-elle lieu ?

Lorient-PSG : la guerre des coaches aura-t-elle lieu ?

DirectLCI
LIGUE 1 - Ils se sont dernièrement affrontés par presse interposée et s'apprêtent à prolonger leur joute vendredi soir sur le terrain, à l'occasion de Lorient-PSG. À travers leurs récentes déclarations, le Merlu Christian Gourcuff et le Parisien Laurent Blanc ont mis en lumière une dissension entre deux conceptions du métier d'entraîneur. Metronews a proposé à Guy Roux de jouer les arbitres.

Les retrouvailles entre Lorient et le PSG, vendredi soir, sont aussi celles des deux coaches, Christian Gourcuff et Laurent Blanc. Deux écoles qui se sont récemment opposées. "Il y a des entraîneurs qui n’entraînent pas. Comme Laurent Blanc à Paris, où c’est Jean-Louis Gasset (son adjoint) qui s'en charge", avait taclé le technicien breton . "Il a passé ses diplômes il y a trente ans. Il devrait les repasser et s'apercevrait que le métier a évolué", avait répliqué son homologue parisien . Avant d'assurer, ce jeudi, que "cette histoire est finie". Mais la question n'a pas été tranchée.

"Gourcuff est tout à fait à l'aise avec une équipe de province dont il est le maître absolu et Blanc est plus capable de mener un paquebot comme le PSG. Chacun est à sa place", lâche Guy Roux à metronews. Celui qui a entraîné Auxerre durant 42 saisons rappelle, à ce titre, qu'il a lui-même été confronté à ce débat : "Je me suis occupé d'équipes de jeunes, de CFA, de première division... On disait que je n'étais bon qu'à entraîner une équipe de village. Et puis, quand j'ai dû gérer des internationaux, j'ai montré que je savais faire."

Quand Zlatan Ibrahimovic vend des voitures

Parmi ces internationaux, un certain Laurent Blanc, dont Guy Roux vante le sens de la "diplomatie". Certains reprochent au Cévenol de s'effacer devant l'omnipotent Zlatan ? "C'est valable pour tous les métiers, tempête l'actuel président du syndicat des entraîneurs. Si vous êtes patron d'un garage Renault et que vous avez un gars au mauvais caractère mais qui vous vend 50 voitures par mois, vous n'allez pas vous fâcher avec lui ! Ça s'appelle l'intelligence."

De quoi déduire qu'un Gourcuff, souvent décrit comme froid et autoritaire par ses joueurs, aurait sans doute du mal à prendre des superstars avec des pincettes. "Je ne vois pas pourquoi. Il faut toujours s'adapter, ajoute Roux. Moi, j'ai travaillé très longtemps tout seul. Ensuite, on a travaillé à deux. Maintenant, il peut y avoir sept adjoints dans un staff. Même à Lorient, ils sont plus de deux. La répartition des tâches est libre." Et chacun fait ce qu'il peut.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter