Losc : le nouveau coup de gueule de René Girard

Losc : le nouveau coup de gueule de René Girard
Football

FOOTBALL - Pas franchement malheureux de ramener un nul de Wolfsburg (1-1) jeudi, les joueurs du Losc et son entraîneur ont encore déçu de nombreux observateurs. Des critiques que René Girard ne supporte plus. "Qu'on arrête de nous salir !", a-t-il réclamé avec vigueur. Ambiance...

Il ne faut pas s'arrêter à l'étiquette, mais quand même, René Girard enfile plutôt bien le costume de récidiviste. Que ce soit par un doigt d'honneur à des supporters allemands il y a deux ans, des insultes à un arbitre cet été ou un tacle de bas étage sur le physique de Pierre Ménès il y a une dizaine de jours , l'entraîneur sanguin du Losc ne fait rien pour soigner son image. Qu'importe, répondra peut-être le principal intéressé. Toujours est-il que c'est pour combattre l'impopularité actuelle du club lillois, et donc de ses joueurs, que Girard est monté au créneau ces dernières heures.

Outrageusement dominés à Wolfsburg (1-1) jeudi soir en Ligue Europa , les Dogues s'en sont sortis miraculeusement sans perdre et de nombreux quotidiens ont parlé de "holp-up". Le mot de trop pour le coach tricolore. "Déjà, pourquoi un hold-up ? C’est quoi un hold-up ? C’est de braquer quelqu’un et de lui prendre de force. Là, on ne prenait rien de force, s'est agacé le technicien de 60 ans sur RMC. On est tombé contre une équipe, s’ils ne veulent pas les mettre au fond, ils ne les mettent pas au fond. C’est leur problème, ce n’est pas le mien. Je ne vais pas m’emmerder pour les autres. Nous on met au fond et on a le ballon de 2-0 derrière. C’est plié, c’est comme ça…"

"Wolfsburg c'est trois ou quatre fois notre budget"

Girard fait référence à cette énorme occasion gâchée par Nolan Roux en fin de match, juste après laquelle le club allemand a égalisé. Un fait de jeu qui paraît bien maigre pour faire oublier l'immense supériorité allemande pendant 93 minutes, le Losc ayant évité la déroute grâce à un Vincent Enyeama des grands soirs dans son but. Sans parler de l'ouverture du score on ne peut plus heureuse des Nordistes, sur un penalty loin d'être évident. Mais pour la tête pensante lilloise, la presse française est trop sévère avec son équipe.

"Il ne faut pas oublier qu’on avait une demi-douzaine de garçons qui nous manquait (Ronny Lopes, Rio Mavuba, Jonathan Delaplace, Marvin Martin, ndlr), contre une équipe qui a un budget trois ou quatre fois le nôtre, a-t-il également indiqué. Selon transfermarkt.co.uk, le budget du VfL fait en effet quasiment trois fois celui du Losc (153,52 millions de Livres contre 66 pour l'écurie hexagonale). "Il faut qu’on arrête un peu de vouloir nous salir, de nous trimbaler un peu !, s'est par ailleurs emporté Girard. On n’est jamais content. Ce que je sais c’est que mes garçons mouillent le maillot, ils font le nécessaire. On a une équipe jeune. Quand c’est nous, on cherche toujours la petite bête. Il faut être gentil à un moment donné." Une dernière volonté qui peut facilement s'entendre, mais pas forcément dans la bouche de tout le monde...

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent