Lutte contre l'homophobie : Antoine Griezmann en couverture du magazine Têtu

Football

ENGAGEMENT - Dans un sport encore très marqué par l'homophobie, Antoine Griezmann prend le contre-pied en posant à la Une du magazine LGBT Têtu, en vente dès mercredi, avec le message suivant : "L'homophobie dans le foot, ça suffit". Ce n'est pas la première fois que le champion du monde avec les Bleus l'été dernier prend position pour la cause.

"L'homophobie dans le foot, ça suffit". Engagé dans la lutte contre l'homophobie dans le football, Antoine Griezmann va plus loin dans ce combat en s'affichant à la Une du magazine LGBT Têtu, révélée dans l'émission Quotidien sur TMC lundi 20 mai et disponible en kiosques à partir de mercredi. L'attaquant des Bleus, qui a récemment annoncé son départ de l'Atlético de Madrid, y apparaît pleine page. Par le passé, d'autres footballeurs, à l'image de David Ginola et Olivier Giroud, avaient posé pour le journal délivrant un message de tolérance mais leur notoriété n'était pas équivalente à celle de "Grizi".

"On est fier.e.s de cette couv, de cette prise de parole, de cette conversation qu'on veut faire naître dans le football. Antoine Griezmann est un modèle pour des tas de jeunes", a expliqué le directeur de la rédaction du journal LGBT, Romain Burrel, après la révélation de la Une. "Il a accepté tout de suite de parler à Têtu", s'est-il réjoui, dans un second temps, sur son compte Twitter. "Merci à lui."

Il encouragerait un partenaire à faire son coming-out pour "être fier et heureux"

Le 14 mai dernier, le champion du monde avait déjà abordé le sujet de l'homosexualité dans le football pour un documentaire diffusé sur France 2 intitulé "Footballeur et homosexuel, au cœur du tabou". Dans cet entretien, le Français affichait une position franche. Il avait expliqué ce qu'il ferait si l'un de ses coéquipiers l'informait de sa volonté de faire son coming-out. "Je l'encouragerais à être fier et heureux", avait-il déclaré. "Je pense que ça pourrait ouvrir la porte à d'autres et je ferais tout pour être autour de lui et montrer que c'est normal." Il avait été l'un des seuls joueurs en activité à accepter d'en parler ouvertement.

L'homosexualité reste en effet un sujet tabou dans le football. Samedi 18 mai, à l'occasion de la Journée mondiale contre l'homophobie, la Ligue de football professionnel (LFP) avait demandé aux capitaines, entraîneurs, arbitres et délégués de matches participant à la 37e journée de championnat de porter un brassard arc-en-ciel aux couleurs de la communauté LGBT+. La consigne n'a pas été respectée partout et par tous, certains arguant pour leur défense que le brassard "ne tenait pas bien" sur le biceps.

Lire et commenter