Maintenant, le président de la FIFA veut une Coupe du monde à 48 équipes… avec 16 groupes de 3 équipes !

Football

REFONTE - Le président de la FIFA, Gianni Infantino, envisage désormais de faire passer le format de la phase finale de la Coupe du monde à 48 équipes, avec 16 groupes de 3 équipes, à compter de l'édition 2026.

Plus on est de fous, plus on rit ? Gianni Infantino, le successeur de Sepp Blatter à la tête de la FIFA, semble, en tout cas, y croire dur comme fer. Selon l’AFP, qui cite une source interne à l’instance, le dirigeant vient en effet de soumettre une nouvelle proposition au Conseil de la Fifa en vue de réformer la Coupe du monde à partir de 2026 : une phase finale à 48 équipes, contre 32 actuellement, avec une répartition des participants en 16 groupes de 3 sélections au premier tour, contre huit poules de 4 dans la formule en vigueur.

Vers un recours systématique à la "coorganisation" ?

Dans le détail, "chaque équipe qualifiée disputerait ainsi au moins deux matches de poule. Les deux premiers de chaque groupe seraient ensuite qualifiés pour les 16es de finale", indique cette même source, qui précise que cette formule a  "la préférence du président Infantino"… Le Conseil, nouveau nom donné au Comité exécutif de la FIFA, votera lors de sa prochaine réunion, prévue à Zurich, les 9 et 10 janviers prochains. Il aura le choix entre cette nouvelle idée, un Mondial à 40 équipes et un maintien de celui à 32. 

Lire aussi

    En outre, le patron de l’instance appelle de ses vœux une "coorganisation" de la compétition par plusieurs pays. Officiellement pour éviter les "éléphants blancs", ces stades laissés à l'abandon ensuite, et donc pour privilégier "des équipements durables", dixit Gianni Infantino lui-même. Mais rappelons tout de même, au passage, que chaque pays membre de la FIFA vote pour élire le président, et que la voix de l’Azerbaïdjan, qui a peu de chances d’obtenir seul l’organisation d’une Coupe du monde, a le même poids, dans le scrutin, que celle de l’Allemagne ou des États-Unis.

    En vidéo

    Téléfoot, l’After - Que pense le président de la FIFA de l'arbitrage vidéo ?

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter