Manchester City-PSG (1-0) – Laurent Blanc : "On a montré nos limites sur ces deux matchs"

Football
DirectLCI
REACTION – Laurent Blanc a souvent gardé les yeux baissés pour fuir les regards de ses interlocuteurs, mardi soir en conférence de presse, quelques minutes après le coup de sifflet final d’un Manchester City-PSG (1-0) ayant acté la fin du parcours de son équipe en Ligue des champions. L’entraîneur parisien, très critiqué pour son 3-5-2 expérimental, s’est alors livré à un numéro d’équilibriste, assumant ses responsabilités… tout en se dédouanant.

Qu’a-t-il manqué à votre équipe pour se qualifier ?
Quand on analyse les deux matchs, c’est surtout qu’on n’a pas été assez efficaces dans nos temps forts. On aurait dû marquer plus de buts à Paris et, forcément, cela a conditionné le match retour. On a perdu deux joueurs sur des suspensions, ça fait beaucoup. On le paye. City a été plus efficace et s’est qualifié comme ça. Bravo à eux. On pensait pouvoir les mettre plus en difficulté mais ils ont été moins fébriles qu’à l’aller. Ils ont bien défendu. Leur qualification n’est pas anormale.

Votre 3-5-2 vous laisse-t-il des regrets ? Vos joueurs ont semblé perturbés…
Quand tu es éliminé, tu regrettes tout. Quand tu gagnes, personne ne te demande ce genre de choses. Nous avons mis en place une stratégie qui n’a pas été efficace. On a montré nos limites sur ces deux matchs. Les absents ont beaucoup pesé sur la perte d’assise technique, même si cela n’explique pas tout. C’est dommage parce que c’était vraiment jouable.

Pourquoi avoir opté pour se schéma ?
Après l’aller, on a compris que les éléments offensifs de City étaient particulièrement percutants. Notre analyse a aussi pris en compte les deux suspendus (David Luiz et Blaise Matuidi, ndlr). On s’est dit qu’il fallait être compact dans l’axe. D’ailleurs, on l’a été, mais on a eu trop de déchet technique… On a été plus dans la réaction que dans l’action, mais c’était aussi par la force des choses, quand Thiago Motta s’est blessé. On a eu des difficultés à perturber City.

Edinson Cavani, Zlatan Ibrahimovic et Angel Di Maria n’ont pas été très en vue…
On n’a pas marqué donc, offensivement, c’était insuffisant. Mais tout a été insuffisant. Au milieu, City a mis plus d’impact physique… Trapp n’a pas eu d’arrêts à faire mais City a été plus solide.

C’était pourtant l’année ou jamais pour atteindre les demies, non ?
Il ne faut jamais dire jamais. Il y en a qui ont gagné la Ligue des champions alors que personne ne s’y attendait. Dans le dernier carré, il y a toujours les trois mêmes clubs (FC Barcelone, Real Madrid et Bayern Munich, ndlr) et un invité. Cela aurait pu être nous mais il nous a manqué trop de choses.

Plusieurs cadres vieillissants arrivent en fin de contrat, est-ce la fin d’un cycle ?
C’est une des réflexions qu’on aura à mener mais par rapport à toute la saison, pas juste la Ligue des champions. Il faudra bien analyser les choses, dans un 2e temps. Là, pour l'instant, on est vraiment déçus et énervés parce qu’on y croyait vraiment. Ce n’étaient pas des paroles en l’air.

Endossez-vous la responsabilité de cet échec ?
Je suis responsable. C’est moi qui fais l’équipe, qui choisis les joueurs et la stratégie. Je prends sur moi cette défaite sans problème. Quand on gagne, c’est toujours grâce aux joueurs et quand on perd, c’est la faute de l’entraîneur. On est toujours responsable. Après le 2-2 à l’aller, on y croyait encore plus. City m’a surtout surpris défensivement. Mais notre équipe n’était plus la même au retour. 

EN SAVOIR + 
>>  Blanc avait changé de tactique pour plaire à ses joueurs... sans leur en parler
>> PHOTOS - La presse anglaise jubile
>> Thiago Silva sur un éventuel changement d'entraîneur
>> Le fiasco tactique de Laurent Blanc

>>  Revivez le match dans les conditions du direct

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter