Manchester City-PSG : l'Etihad Stadium, une citadelle très prenable

Football

LIGUE DES CHAMPIONS – A l’heure où Manchester City reçoit le Paris Saint-Germain mardi soir pour son quart de finale retour de Ligue des champions, les hommes de Pellegrini ont affiché une certaine fébrilité dans leur antre de l’Etihad Stadium cette saison. De quoi donner quelques espoirs aux Parisiens qui doivent à tout prix l’emporter pour espérer rallier le dernier carré de la compétition.

"Dans la situation dans laquelle on est, on ne sait pas si on doit défendre ou attaquer… Il ne faudra pas répéter les erreurs commises contre Kiev." Samir Nasri a résumé à lui seul le mal récurrent qui touche Manchester City, incapable de faire la loi chez lui depuis le début de la saison. Vainqueurs 3-1 en Ukraine lors du huitième de finale aller de la Ligue des champions, les Skyblues avaient livré une prestation insipide à l’Etihad Stadium (55 000 places) au match retour et assuraient leur qualification avec un petit match nul (0-0). Mardi soir, à l’heure de recevoir le Paris Saint-Germain pour le quart de finale retour de la Ligue des champions, c’est le même problème qui guette les Citizens, qui n’ont gagné aucun de leurs trois matches à domicile lors des confrontations à élimination directe en Ligue des champions.

Sans Kompany, la défense de City prend l'eau

Force est de reconnaître que Manchester City a eu la malchance de tomber à deux reprises sur le FC Barcelone en huitièmes de finale de la Ligue des champions lors de la saison 2013/2014 (défaite 0-2) et 2014/2015 (défaite 1-2), un des adversaires les plus redoutables en Europe, mais sa domination à l’échelle nationale est également mise à mal cette saison. Depuis le mois d’août, les partenaires de Yaya Touré ont déjà connu la défaite à cinq reprises dans leur antre de l’Etihad Stadium, à l'ambiance très feutrée, en Premier League, un total extrêmement élevé pour un club censé lutter pour le titre. Même Chelsea (10e de Premier League), pourtant à la dérive, s’est incliné moins de fois que Manchester City lors de l'exercice en cours.

A LIRE AUSSI >> City-PSG : Pellegrini et Sagna montrent les muscles, mais...

Face aux "petits" du Championnat anglais, les joueurs de Manuel Pellegrini font le job, à l’exception d’un match nul contre Everton (0-0), les Citizens ont toujours empoché les trois points face aux formations classées dans la seconde partie de tableau. En revanche, ils éprouvent les pires difficultés du monde à imposer leur jeu face aux équipes jouant une place en Ligue des champions et le bilan des Mancuniens, défaits à trois reprises lors de leurs cinq derniers matches de Championnat à domicile, est désastreux : cinq revers concédés face à West Ham (1-2), Liverpool (1-4), Leicester (1-3), Tottenham (1-2) et Manchester United (0-1), douze buts encaissés pour trois inscrits en cinq rencontres.

Des statistiques illustrant à merveille la faiblesse défensive des Skyblues (9e défense à domicile seulement avec 19 buts encaissés) privés de Vincent Kompany mardi soir face au Paris Saint-Germain. D’ailleurs, sans son capitaine, City concède 1.42 buts par match, et cette statistique tombe à 0.42 quand le Belge est aligné dans le onze de départ. A l'aller, le club parisien avait su tirer profit de cette absence en inscrivant deux buts. Tâche à lui de se montrer, à son tour, intraitable dans ce domaine mardi soir pour espérer accrocher une place dans le dernier carré.

Lire et commenter