Manchester City-PSG : Manuel Pellegrini et Bacary Sagna montrent les muscles, mais…

Football
DirectLCI
LIGUE DES CHAMPIONS - En conférence de presse de veille de match ce lundi à la City Football Academy de Manchester, Manuel Pellegrini et Bacary Sagna se sont efforcés d’afficher leur assurance avant d’en découdre avec le PSG en quart de finale retour, mardi à l'Etihad Stadium. Une posture ?

On vous le confesse d’entrée : sans le cliquetis des appareils photo, on se serait probablement endormi ce lundi en assistant à la conférence de presse de Bacary Sagna et Manuel Pellegrini, plus mous et las que jamais en cette veille de quart de finale retour de Ligue des champions face au PSG. L’arrière droit et l’entraîneur de Manchester City ont semblé accablés par les questions, comme si eux ne devaient surtout pas s’en poser une seule, à quelques heures d’une possible qualification historique dans le dernier carré européen.

Manuel Pellegrini : "Il faudra garder le coeur chaud et le sang froid"

"On est très confiants, a ainsi (calmement lâché le Français. Le PSG reste une équipe très forte et dangereuse. On doit être prudents mais en jouant notre football, on peut les battre. Nous aussi, on a des joueurs de qualité et une bonne défense. On doit jouer aussi bien qu’à l’aller." Cette manière d’insister ne cache-t-elle pas certaines craintes ? On a été tenté de le penser quand Bacary Sagna a été interrogé sur la fâcheuse habitude de son équipe de se louper à domicile. "La Ligue des champions est une compétition différente, dans laquelle on joue bien", a-t-il osé, malgré l’instance d’un confrère lui ayant rappelé la défaite contre la Juve (1-2) ou le piteux nul (0-0) face au Dynamo Kiev cette saison à l’Etihad Stadium.

A LIRE AUSSI >> Manchester City-PSG : Vincent Kompany forfait, Nicolas Otamendi jouera malgré une entorse à la cheville

Son coach a utilisé à peu de choses près les mêmes éléments de langage, comme on dit dans le jargon de la com’. "Vous verrez le même Manchester City que d’habitude, qui cherche à développer un beau football et à gagner", a presque fanfaronné le Chilien. Qui a tout de même fendu l’armure à un moment, quand on lui a parlé de son prochain départ. "L’aspect émotionnel sera surtout déterminant pour les joueurs car il y aura des pulsions qui vont nous pousser à commettre des erreurs, a-t-il enfin expliqué. Il faudra nous maîtriser, garder le cœur chaud et le sang froid pendant 90 minutes." S’il n’y a pas de prolongation.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter