Manchester, succession contrariée

Manchester, succession contrariée

DirectLCI
LIGUE DES CHAMPIONS - Opposés au Bayern Munich mardi soir en quart de finale, les Mancuniens ne partent évidemment pas favoris face au champion d'Allemagne. La faute à un passage de témoin raté entre Alex Ferguson et David Moyes, l'entraîneur contesté de Manchester United

Deux trajectoires opposées. A quelques heures de la venue du Bayern Munich, mardi soir en quart de finale aller de la Ligue des champions, Manchester United attend avec fébrilité l'arrivée du favori et tenant de la compétition. Car les Bavarois renvoient aux Mancuniens l'image de ce qu'ils n'ont pas su faire cette saison : une transition réussie. Contrairement à Pep Guardiola, déjà champion d'Allemagne et dans les clous pour égaler le triplé de Jupp Heynckes , David Moyes, lui, semble écrasé par le poids de la succession d'Alex Ferguson, parti l'été dernier.

Samedi, alors que ses joueurs s'imposaient 4-1 face à Aston Villa, le coach écossais a vu un petit avion commandé par les supporters survoler la pelouse en tirant une banderole sur laquelle était écrit : "Wrong One-Moyes out", une invitation sans détour à quitter le club . Car depuis quelques mois, le "Théâtre des Rêves", le surnom du stade d'United, ne fait plus illusion. Malgré quelques rares sursauts d'orgueil, notamment au tour précédent contre l'Olympiakos , cette équipe paraît trop irrégulière pour retrouver les sommets.

Arjen Robben se méfie pourtant

Triste 7e de Premier League, MU aura bien du mal à sauver sa saison avec la Coupe d'Europe. Et même en Angleterre, personne ne semble croire aux chances du lauréat 2008, finaliste 2009 et 2011, d'éliminer le Bayern. Aux nostalgiques qui se remémorent la légendaire victoire finale de 1999 face à ces mêmes Bavarois, les rabats-joie leur rappellent surtout l'élimination en quart de finale, déjà, de la Ligue des champions 2010.

Arjen Robben, auteur du but qui avait qualifié Munich au match retour, garde évidemment de cette confrontation un souvenir précis. "C'est toujours génial de jouer à Old Trafford, il y a quelque chose de spécial, raconte celui qui se méfie de cet adversaire en crise. Mais nous devons faire attention. Les médias et l'opinion publique pensent que nous allons nous qualifier facilement. Je n'aime pas ça du tout." Si Manchester ne fait plus rêve, il fait quand même toujours un peu peur.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter