Marcelo Bielsa réclame 18 millions au Losc... mais devra déjà lui payer 300.000 euros

Football

FOOTBALL - L'entraîneur argentin, qui demandait 18 millions d'euros au club lillois pour son licenciement qu'il considère abusif, a été débouté lundi par le tribunal de commerce de Lille. Mais un autre procès doit cependant statuer sur le bien-fondé de ce licenciement, le 13 mars. Explications.

"El Loco" a perdu la première manche de sa bataille judiciaire contre le Losc. Le tribunal de commerce de Lille a débouté ce lundi l'entraîneur Marcelo Bielsa, qui demandait 18 millions d'euros au club de football lillois, qui l'a licencié en novembre 2017. L'Argentin devra même verser à son ancien employeur "300.000 euros de dommages et intérêts compte tenu du caractère manifestement abusif de l'assignation en redressement judiciaire". À ce stade, on ignore si Marcelo Bielsa va faire appel de ce jugement.

Cette décision du tribunal de commerce n'est que la première étape de la bataille judiciaire qui oppose le technicien argentin au Losc. Une autre audience, devant le Conseil des prud'hommes cette fois, aura lieu mardi 13 mars, pour décider du bien-fondé du licenciement de Marcelo Bielsa. 

En vidéo

VIDÉO - Mondial 2018 : l'arbitrage vidéo sera utilisé

L'objectif de Bielsa : prouver les difficultés financières du Losc

Dès lors, à quoi servait cette première audience au tribunal de commerce ? L'entraîneur espérait que le tribunal de commerce déclare le Losc en cessation de paiement, une décision qui aurait entraîné pour le club l'ouverture d'une procédure de redressement judiciaire. Ce redressement judiciaire aurait avantagé Marcelo Bielsa, qui demande 12,9 millions d'euros de salaire dus et 5 millions au titre du préjudice subi au Losc à cause de son licenciement.

Cette stratégie a visiblement échoué, car le Losc a prouvé au cours de l'audience être à jour de ses cotisations fiscales et sociales, et a fourni un extrait de compte bancaire avec un solde créditeur de 11 millions d'euros. Conclusion : "Marcelo Bielsa ne démontre pas l'impossibilité pour la société anonyme Losc Lille de faire face à son passif exigible avec son actif disponible".

Lire aussi

Le bien-fondé du licenciement de Bielsa sera examiné le 13 mars

"Le tribunal relève que le club n'a pas les difficultés financières que M. Bielsa a imaginées et propagées. Mais, plus important, nous étions dans un abus de procédure et il a été condamné à une somme extrêmement importante et exceptionnelle dans ce type de dossier", a commenté Me Thomas Deschryver, l'un des avocats du Losc.

Pour un autre avocat du club, Me Bertrand Wambeke, "il reste maintenant à nous défendre sur le fond". Pour cela, rendez-vous le 13 mars, au Conseil des prud'hommes de Lille.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter