Mariano Rajoy ne veut pas de Neymar au Real Madrid et pense que "le PSG peut finir à la rue"

TACLE – Dans un entretien accordé ce mardi au quotidien "As", le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, socio du Real Madrid, livre son point de vue sur le choc contre le PSG en Ligue des champions et la rumeur envoyant Neymar dans son club de cœur l’été prochain.

En Espagne, le football est un sujet beaucoup trop sérieux pour faire usage de diplomatie, voire de langue de bois. En témoigne l’entretien publié ce mardi par le quotidien espagnol As, dans lequel Mariano Rajoy, le chef du gouvernement espagnol, s’exprime avec toute la franchise et l’enthousiasme du supporter du Real Madrid qu’il est depuis l’enfance, au point d’être abonné au stade Santiago-Bernabeu, où son club de cœur recevra le PSG mercredi soir, à l’occasion d’un gargantuesque 8e de finale aller de Ligue des champions.

Sur ce choc majuscule, Mariano Rajoy considère que "son" Real a toutes ses chances, malgré la saison difficile qu’il traverse. "Si on pense rationnellement, on peut se dire qu’on va se faire secouer. Mais dans ce genre de matchs, tout peut arriver. N’oublions pas que nous parlons du Real Madrid et que la Ligue des champions est sa compétition. Encore plus aujourd’hui, avec un décrochage en Liga et une élimination en Coupe. Ce sont les mêmes joueurs que la saison dernière, c’est le champion, celui qui a gagné trois des quatre dernières Ligue des champions. Moi, je crois qu’on peut les mettre à la rue", lance-t-il, enflammé.

Sur le rival parisien, le président du gouvernement cite les nombreux joueurs qu’il considère comme dangereux, avec un dernier nom qui prouve qu’il suit la Ligue 1 avec une certaine assiduité : "Les gens sont obnubilés par le trio offensif (Neymar, Cavani et Mbappé, ndlr). C’est vrai qu’ils sont très bons. Mais tout l’effectif du PSG est fabuleux, avec Di María, Verratti, Rabiot et cet Argentin... Lo Celso."

Enfin, le politicien a été interrogé sur la perspective, tellement évoquée, de voir Neymar rallier les rangs madrilènes. Réponse catégorique : "Non, je n’aimerais pas le voir porter le maillot du Real." Peut-être parce que le Brésilien a porté, durant quatre ans, celui du FC Barcelone. Rival historique du Real Madrid… et symbole de cette Catalogne aux velléités séparatistes qui lui cause bien du tourment.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le parcours du PSG en Ligue des champions

Plus d'articles

Sur le même sujet