Martel : "Les 10 millions n'arriveront jamais"

Football

FOOTBALL - C'est un sacré revirement dans l'imbroglio lensois qui dure depuis plusieurs jours maintenant. Ce dimanche, Gervais Martel a annoncé sur Stade 2 que le RC Lens allait finalement devoir faire sans les fameux 10 millions d'euros promis ces dernières heures. L'actionnaire milliardaire Hafiz Mammadov aurait été vexé par la DNCG. Ambiance...

"Ils n’arriveront jamais ces 10 millions." Sans tourner autour du pot, une fois n'est pas coutume, Gervais Martel a annoncé la mauvaise nouvelle lors d'un entretien en direct accordé à Stade 2 ce dimanche. Le président du Racing Club de Lens, après avoir affirmé tout et son contraire au sujet de l'argent manquant aux Sang et Or pour pouvoir intégrer la Ligue 1 la saison prochaine, a ainsi mis fin aux excuses farfelues.

"Je l’ai expliqué à un certain nombre de groupes de supporteurs que j’ai rencontrés jeudi. Hafiz Mammadov est aujourd’hui très vexé de la demande de la DNCG (Direction nationale du contrôle de gestion, ndlr), a expliqué le dirigeant de 59 ans sur la chaîne publique. Il considère qu’il a amené 20 millions d’euros qui ont été bien réglés en temps et en heure l’année dernière. Il considère qu’il a donné 18 millions de garantie de première demande, ce qui n’est pas rien, de la part de la banque d’Azerbaïdjan. Il considère, lui, vouloir amener l’argent au fur et à mesure donc il a décidé au dernier moment de ne pas nous verser les 10 millions."

Un plan B pour convaincre le CNOSF

Comme il l'avait annoncé ces derniers jours, Gervais Martel va donc saisir le CNOSF (Comité national olympique et sportif français) à partir de lundi "pour avoir une conciliation avec la Fédération". Le président du club artésien a alors retrouvé l'optimisme avec lequel il avance, publiquement tout du mois, depuis le début de cet imbroglio.

"On a modifié notre budget en tenant compte de ces dix millions qui ne sont pas arrivés mais rassurez-vous, on ramène quand même quelques millions dans notre besace quand on sera entendu et puis on va baisser un peu les charges du club", a-t-il promis sans pour autant donner une quelconque précision à ce sujet.

Pendant qu'il occupait le temps d'antenne en rappelant sa détermination et son honnêteté en tant que président du RC Lens, Martel a ainsi évité toute question sur la façon dont il allait s'y prendre pour baisser les fameuses charges, lui qui avait encore promis il y a peu qu'il ne toucherait pas aux salaires des joueurs. Une promesse qui a peut-être pris du plomb dans l'aile avec cette volte-face de l'actionnaire azéri.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter